Appartement d'Ann Czajkowski

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Appartement d'Ann Czajkowski

Message  Ann Czajkowski le Sam 28 Mai - 18:25

L'appartement de la journaliste Ann Czajkowski se situe dans un petit immeuble de pierres rouges au nord de Londres, plus précisément dans le quartier de St Pancras, non loin de la gare du même nom. Une grande porte de bois mène aux parties communes, étroites mais entretenues régulièrement par le concierge de l'immeuble. Sa petite loge occupe d'ailleurs la moitié du rez-de-chaussé. Ann habite au 3ème étage, autrement dit le seul étage qui ne soit pas sous les toits mais qui lui permette d'avoir un balcon. Ledit balcon offre une vue sur l'arrière du bâtiment, une petite cour intérieure bétonnée, un peu sombre et sans charme. Un escalier amovible en fer permet d'accéder directement à son appartement par le balcon.

Au delà de l'aspect extérieur un peu froid du bâtiment, l'intérieur de son appartement est plutôt confortable. Quatre pièces fermées et un aménagement raffiné, plus par caprice de mode que par réelle sensibilité artistique. Un bar sépare la cuisine du salon, et le sol est recouvert d'un parquet de bois d'ébène vernis. Les canapés et autres fauteuils entourent un tapis couleur taupe délicieusement doux pour la plante des pieds, et une table basse dont on ne discerne plus la couleur tant elle est submergé d'encre et de papiers d'articles non rédigés ou de journaux de la veille. Un poêle en fonte réchauffe l'atmosphère de cette pièce à vivre dans les pluvieuses soirées londoniennes, et les épais rideaux isolent au mieux les quelques fenêtres de l'appartement.

La chambre offre une vue sur la gare de St Pancras et est tout aussi chaleureuse que le salon. Une commode en bois, un miroir sur pied, quelques tableaux d'artistes en vogue, et surtout un lit immense, bien trop grand pour une femme célibataire. Les moulures au plafond rajoutent un charme certain à la pièce, où Ann passe pourtant le moins de temps. Quelques babioles sur les étagères rappellent des souvenirs de Poudlard ou de la Pologne, seules survivances du passé de la jeune femme.

Enfin son bureau, qui communique avec sa chambre, est aménagé de façon très sobre et classique. Les tons écrus prédominent et tout est classée de façon la plus professionnelle possible. L'ambiance, propice au travail et à la concentration, fait de cette pièce la préférée d'Ann : sans frivolité ni objet superflu.


Dernière édition par Ann Czajkowski le Jeu 30 Juin - 22:40, édité 1 fois
avatar
Ann Czajkowski

Genre : Féminin
Date de naissance : 13 novembre
Age : 38 ans
Métier : Journaliste
Date d'inscription : 21/05/2016
Messages : 86
Couleur : : #006633
Doubles Comptes : Chandler Owen

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t100-ann-czajkowski

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appartement d'Ann Czajkowski

Message  Ann Czajkowski le Mar 31 Mai - 12:46


Le 1er septembre 1970, au soir,


Ann était rentrée il y a peine quelques minutes, avait jeté ses affaires sur le sofa avant de se poster au balcon, cigarette en main et mine lessivée. Comme ces artistes torturés par le manque d'inspiration, Ann se sentait vide. A l'exception qu'elle n'était pas une artiste, et qu'elle ne manquait même pas d'inspiration. Des articles, elle avait encore de la réserve pour en écrire pendant les quatre prochaines années. Et des bons en plus ! Ce n'était pas directement sa capacité professionnelle qui l'inquiétait, mais plutôt la vie en général. Le monde, les autres, bref, tout ce qui l'entourait la fatiguait.

Sans toquer, Jakob débarqua dans l'appartement, et se dirigea immédiatement vers le bureau.

- Ann ? Anni ? T'es où ?

- Sur le balcon, répondit-elle, sans se retourner. On t'as jamais appris à toquer ?

- Oh toi, t'as encore passé une journée de merde. Racontes-moi tout.

Ann ne répondit pas et se contenta de le regarder dans les yeux. Son frère jumeau, celui avec qui elle avait grandi. Celui avec qui elle avait partagé des petits chevaux en bois et une corde à sauter. Celui qui avait consolé ses premières larmes. Celui, et de façon plus surprenante, qui lui avait appris à exprimer le peu sentiment qu'elle avait en elle. Celui qui l'avait soutenue, suivie, aimée ; n'importe quand, n'importe où, et pour toujours. Celui, surtout, qui venait une énième fois lui demander du fric parce qu'il s'était plongé tout seul dans des histoires de malfrats de banlieue.

- Bon si tu veux pas me raconter je commence : Tom m'a proposé un bon plan ce matin. Pour 5000 balles il connaît un gars qui lui rachète des produits et qui ..

- Je te filerai pas 5000 balles Jakob, l'interrompit-elle.

- Mais attends de connaître la fin du plan !

- Je m'en contrefous du plan, je te filerai pas 5000 balles, point barre.

- Pourquoi tu fais la radine d'un coup ? C'est même pas la moitié de ton loyer arrête un peu !

- Tu me fais chier Jakob ! Je te dis que je te filerai pas 5000 balles, je te filerai pas 5000 balles c'est tout ! Je me tue à la tâche tous les jours c'est pas pour te filer du fric une fois par semaine parce que tu te fous dans la merde tout seul !

Elle était sortie de ses gongs, s'était mise à hurler sur le balcon sur son frère ébahi qui avait certainement imaginé tout autre chose en venant la voir. Ce n'était que la deuxième - peut-être troisième fois - qu'elle refusait de lui donner de l'argent. Et depuis le temps qu'il lui en demandait c'était peu dire ! Mais il se rendait compte qu'il avait un peu tiré sur la ficelle, et que cette fois c'en était trop. Quelque chose n'allait pas bien chez elle, et ce n'était pas seulement à cause de lui.

- Désolé, je .. j'pensais pas que tu allais aussi mal.

- Ça c'est sûr, sinon tu serais pas venu.

- Ok je l'ai pas volée celle-là... J'aime pas quand t'es comme ça Anni. Pas seulement à cause du fric et tout, je sais que je te soule avec ça. Mais là, c'est autre chose, je le vois bien.

- T'as beau le voir, c'est pas pour ça que tu comprendrais, lâcha-t-elle, toujours aussi froide.

- Laisse moi essayer. Ça fait combien de temps qu'on a pas vraiment discuté toi et moi ? Il s'arrêta un instant, tentant d'anticiper sa réaction, et finit par reprendre : Tu te rappelles quand on était gamins, et qu'on arrivait pas dormir. Pour pas réveiller les autres, on avait inventé un langage des signes. "J'ai faim" c'était comme ça. Il mima un ventre qui s'ouvre et se referme.

- Et "Papa ronfle" c'était comme ça. Ajouta-t-elle, petit sourire en coin, en se bouchant les oreilles.

Ils sourirent tous les deux, dans un moment de complicité qui se faisait de plus en plus rare ces derniers temps.

- T'as entendu ce qui se passe en ce moment ? Les disparitions, les meurtres ?

- Me dis pas que c'est ça qui te tracasse. Enfin excuses-moi mais t'es pas la personne la plus altruiste que je connaisse, ce genre d'actualités ça te passe au-dessus en général.

- Mais non c'est pas ça, bien sûr que c'est pas ça. C'est juste qu'à cause de ça .. les gens sont tendus tu vois. Moi je le ressens en tout cas. Quand je vais les voir - pour une connerie, un article, une interview, des salutations, n'importe quoi - ils ont de la méfiance dans le regard. Ils savent pas s'ils doivent te répondre ou pas, s'ils doivent être aimables ou pas. En général ils se sont pas, par précaution. C'était pas comme ça avant. C'est pas comme ça que j'ai connu Londres en arrivant.

- Le monde change, que veux-tu. Et c'est ça qui te met dans des états pareils ? Que les gens veuillent plus t'adresser la parole ?

- Non pas vraiment, enfin .. Je sais pas, Jakob. Je me pose plein de questions, le bien, le mal tout ça. Même les employés du Ministère en viennent à utiliser des sortilèges impardonnables pour se protéger. Le Ministre a beau être est un abruti fini, son discours m'a fait un peu tiquer. Plus personne fait la distinction entre ce qui est bien et ce qui est mal tu vois. Les gens veulent juste sauver leur peau. Ils ont plus confiance en personne.

- Je comprends rien, c'est quoi le rapport avec le fait qu'ils veuillent plus te parler ? Ça t'empêche pas d'écrire des articles géniaux à ce que je sache.

- Laisse tomber ..

Ann savait qu'il était moins bête que ce qu'il le faisait croire. Faire semblant de ne pas comprendre, c'était un peu sa botte secrète. Ça lui évitait d'avoir à trouver les mots pour la consoler, d'avoir à faire l'impossible en somme. Ça lui évitait d'avoir à entrer dans le débat, à se sentir concerné. Dans le fond, c'était plutôt une bonne tactique.

- Tu veux rester dormir ? Lui demanda-t-elle.

- Ouais pourquoi pas. J'ai rien à faire de toute façon.
avatar
Ann Czajkowski

Genre : Féminin
Date de naissance : 13 novembre
Age : 38 ans
Métier : Journaliste
Date d'inscription : 21/05/2016
Messages : 86
Couleur : : #006633
Doubles Comptes : Chandler Owen

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t100-ann-czajkowski

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appartement d'Ann Czajkowski

Message  Ann Czajkowski le Jeu 30 Juin - 23:46

Le 1er septembre, tard dans la nuit,

- Tu dors ?

- Non.

Depuis le moment où ils avaient fini leur dernière bière et s'étaient souhaité bonne nuit, ni Ann ni son frère n'avaient fermé l’œil. Tout deux perdus dans ce genre de pensées qu'il ne vaut mieux pas avoir avant de s'endormir, sous peine de ne jamais réellement s'endormir. Ann réfléchissait encore à ce qui la tracassait depuis le matin, à ses pensées macabres sur le monde qui changeait et sur le manichéisme. Elle n'était en effet pas altruiste au point de penser aux autres, à ces gens qui sombraient dans les forces du mal pour protéger un être cher. Non. Ann pensait surtout à elle. Elle se posait les questions éternelles : qui suis-je, où vais-je, pour qui et avec qui ? Elle faisait cavalier seul depuis bien longtemps et avait maintes fois eu l'occasion de se remettre en cause, de sonder son for intérieur. Certains philosophes disent qu'on ne se connait jamais bien soi-même. Mais Ann avait le sentiment qu'elle se connaissait mieux que quiconque, puisqu'elle n'avait toujours fait confiance qu'à elle-même. Et pourtant, malgré son assurance et son amour propre, elle n'arrivait pas à répondre à une simple question, celle qui tournait en boucle dans sa tête et qui l'empêchait de fermer l’œil : suis-je quelqu'un de bien ?

Jakob, lui, avait des préoccupations bien plus terre-à-terre. C'était un homme après tout. Il était soucieux, quelque peu tourmenté, parce que Ann était soucieuse et quelque peu tourmentée. Il s'inquiétait pour elle, plus que ce qu'elle voulait bien le croire. Et par dessus tout il s'inquiétait de leur relation. Il s'en voulait d'avoir abusé de sa gentillesse, de l'avoir importunée avec ses histoires de malfrats, de ne pas avoir su la rendre fière.

C'est ainsi qu'ils s'étaient retrouvés tous les deux, allongés sur les canapés du salon d'Ann, incapables de trouver le sommeil. D'une certaine manière, ils étaient heureux de pouvoir partager ce moment à deux, et de ne pas être chacun dans leur appartement, isolé de tout et seuls face au silence de la nuit. Ils ne parlaient pas et pourtant, entendre la respiration de l'autre juste à côté avait quelque chose de rassérénant. Est-ce-qu'un jour cette respiration dans la pièce sera celle d'une épouse ou d'un mari ? Voilà une question que ni l'un ni l'autre ne s'était jamais posée. Non pas qu'elle les aiderait plus facilement à dormir, celle-là aussi leur donnerai du fil à retordre et des insomnies, mais elle n'en restait pas moins une question qui ne leur avait jamais traversé l'esprit.

Ann ne voyait pas Jakob marié et Jakob ne voyait pas Ann épouser un homme. Ou plutôt il ne la voyait pas aimer un homme. En utiliser un, en faire une couverture, un appât, un amant pourquoi pas, mais l'aimer ...

- Ann ? Tu sais quand je t'ai parlé de Tom ...

- Quoi ? dit-elle sèchement, déchirant le silence de la nuit comme une toile avec un couteau.

- Je te redemanderai pas d'argent t'inquiète pas. Il s'agit pas de ça. Mais Tom, ce gars-là, ben il m'a parlé d'un truc. Ça m'y a fait penser quand tu te tracassais pour le bien et le mal, tout ça. Il m'a dit qu'il allait rejoindre l'Armée des Ténèbres. Au début, j'ai pas compris, avant qu'il commence à me parler des Mangemorts, des sortilèges impardonnables et ce genre de choses.

Ann s'était levée du canapé pour se rapprocher de son frère, et l'écoutait désormais attentivement, l'incitant à continuer.

- C'est pas une lumière ce mec, il est même carrément con. Mais c'est justement ça qui me fait réfléchir. Il s'est fait embrigader la-dedans par ses amis, qui eux, ont de sacré arguments. T'imagines ce que ça signifie ? Il suffit de quelques jolis mots pour que n'importe quel abruti rejoigne leurs rangs. Si c'est une vraie armée qu'ils veulent former, ils sont bien partis.

Elle ne répondit pas, se contentant de peser ses mots. La loi du plus fort. Voilà ce que le discours de son frère signifiait. Ce qui primait, c'était encore bel et bien la loi du plus fort. Pas forcément du plus puissant, du plus charismatique ni du plus craint. Non, c'était plutôt un tout. Celui qui arrivait à combiner toutes ces qualités parviendrait à embrigader la moitié de la population dans son camp, parce que tous les sceptiques le suivront et que la majorité des gens sont des sceptiques. Elle est sceptique, son frère est sceptique, ses collègues sont sceptiques. Pour avoir eu l'occasion d'en discuter parfois, par des périphrases bien choisies, elle a pu constater que personne n'est jamais ni tout noir ni tout blanc. Ce sera au plus fort de faire prédominer chez tout un chacun l'une de ces deux inclinaisons. Il ne reste plus qu'à espérer que le plus fort se situe dans le bon camp.

- S'il te le demandait, tu le suivrais chez les Mangemorts ?

- Je sais pas .. répondit-il. Peut-être que oui. A quoi bon défendre un supposé bien commun quand on a jamais pu en profiter ? Pourquoi je m'engagerai à mourir pour le bien quand je sais même pas ce que ça veut dire ? L'ordre du Phénix mon cul, j'en ai jamais vu la couleur d'un phénix !

- Ca me fait bizarre de l'admettre mais t'as pas tord ..

Sur cette dernière phrase ils se turent, en réflexion sur la conversation qu'ils venaient d'avoir. Ann réalisa peu à peu. Ils venaient de dénigrer l'Ordre en faveur de l'Armée des ténèbres. Ils venaient d'envisager l’éventualité de la rejoindre. Éventualité lointaine et abstraite certes, mais éventualité tout de même. Que leur étaient-ils arrivé ? Espérant reléguer cette pensée au fin fond de sa mémoire, elle pria pour que le sommeil chasse tout souvenir de la discussion qu'ils venaient d'avoir. Remettant ce manque de discernement sur le compte de leur fatigue respective, elle se rallongea, tira la couverture vers elle et ferma les yeux.
avatar
Ann Czajkowski

Genre : Féminin
Date de naissance : 13 novembre
Age : 38 ans
Métier : Journaliste
Date d'inscription : 21/05/2016
Messages : 86
Couleur : : #006633
Doubles Comptes : Chandler Owen

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t100-ann-czajkowski

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appartement d'Ann Czajkowski

Message  Ann Czajkowski le Dim 14 Aoû - 19:14

Le 3 septembre, au matin,

Mis à part quelques mèches en pétard mal recoiffées, sur l’arrière de son crâne, Ann n’avait en rien l’apparence de quelqu’un qui avait dormi hors de chez soi. Personne n’aurait pu deviner que sa robe avait été aspergée de bière, que son frère était parti avec ses clés, qu’elle s’était retrouvée à la rue pour finalement se rendre chez un homme rencontré le soir-même, et ne dormir que deux petites heures avant de filer aux premiers rayons du jour sans un bruit. Non personne, excepté peut-être son frère, qui justement se trouvait sur le pas de sa porte alors qu’elle remontait les escaliers de l’immeuble. Il n’eut même pas le loisir d’ouvrir la bouche que le regard assassin de la brune l’en dissuada. Elle lui prit son trousseau de clés des mains, et ouvrit elle-même la porte de son appartement, qui n’avait pas souffert d’une nuit sans elle depuis bien longtemps.

- Je suis désolé, ok ? Je sais ce que tu vas dire, mais pour ma défense je …
- Oh épargne-moi ça, t’as de la chance que j’ai pas eu à passer la nuit en errance dans les rues de Londres avec les sans-abris sinon je t’aurais étripé, le coupa-t-elle aussi sec.
- J’en étais sûr que tu trouverais quelqu’un à allumer pour avoir un endroit où dormir. Qui est l’heureux élu ? Ou le malheureux, en fait, dit-il d’un regard amusé.
- Son nom ne te regarde pas, et disons que l’ignorance fait de lui un heureux élu.
- Tu lui as pas dit ?
- Oh si, tu me vois arriver en plein milieu d’un flirt : « au fait, j’étais censée passer la soirée avec mon frère mais il s’est tiré comme un voleur avec mes clés dans sa veste, du coup si je vais chez toi ce soir c’est pas pour tes beaux yeux mais juste parce que j’ai pas envie de dormir dans la pisse de rat des bas fond londoniens ». Son ironie transpirait dans son regard, mais le fait qu’elle parvienne à garder un air sérieux tout en alignant ces mots avait quelque chose d’effrayant.
- Donc il avait des beaux yeux ? demanda son frère, habitué à ce genre de remarque et devenu insensible à ses sarcasmes.
- Tu me fatigues Jakob … Et tu me fais parler en pensant que ça me fait oublier ta traîtrise, ce qui n’est pas le cas !
- Tom avait besoin de moi ! On devait se retrouver cinq minutes devant le bar pour que je lui file un truc, sauf qu’il était pas là. Je me suis inquiété et je suis parti le chercher. Et il s’avère qu’il était plutôt en mauvaise posture et que je l’ai aidé à faire ce qui devait être fait.
- Pourquoi tu me parles en langage codé ?

Interrompant le dialogue, Ann se rendit dans la salle de bain pour se changer. Il ne lui restait qu’un petit quart d’heure avant la réunion matinale au Hibou voyageur, et elle ne pouvait se permettre d’être en retard. Laissant la porte entrouverte, elle continua :

- C’est un truc pour l’Armée ?

- Euh, comment ça ?
- Tom fait partie de l’Armée, non ? dit-elle le plus naturellement du monde, en se débarbouillant le visage à l’eau froide.
- Comment tu sais ça toi ?
- Ça veut dire oui, donc. Et le truc que tu devais lui donner, c’était le message dans la poche intérieure de ta veste ?
- Tu l’as lu ?! demanda-t-il, en montant un peu le ton.
- Mais non, j’ai vu que t’essayais de le cacher c’était bien suffisant. Donc tu fais messager pour l’Armée ? Depuis quand ?
- Je fais messager pour Tom, nuance. Je lui donne un coup de main quand il a besoin de moi, comme n’importe quel ami le ferait. C’est tout.
- T’énerves pas, je me renseigne seulement.

Elle n’avait rien d’un ton accusateur. A vrai dire, le timbre de sa voix était étonnamment neutre et impassible. Sortant de la salle de bain en vitesse, elle enfila les pans de sa chemisette dans son pantalon à pinces et s’empara de son sac à main et de sa veste cintrée.

- Toute façon, je dois y aller. Repasse demain soir si tu veux.

- Depuis quand j’ai besoin de ton autorisation pour passer ? lui dit-il en déposant un baiser sur sa joue, avant de l’accompagner sur le palier et de dévaler les escaliers.

La plaisanterie fit sourire Ann, qui referma sa porte à double tour. La matinée commençait bien, elle était d’une humeur plutôt radieuse pour une fois. Elle n’avait même pas pris la peine de réfléchir à deux fois à la conversation qu’elle et son frère venaient d’avoir. En temps normal, elle aurait posé plus de questions, aurait tenté de cacher son inquiétude, mais de dissuader son frère de faire une quelconque bêtise. Mais ce matin, elle était détendue. S’il voulait aider son ami, soit, qu’il le fasse. Il était grand, et n’avait plus besoin d’elle pour se dicter une bonne conduite. Il savait se protéger seul et était suffisamment mature pour savoir quand dire non et être maître de ses opinions.

Sur ces belles pensées, elle descendit à son tour les quelques étages qui la séparait de la rue, et se rappela le visage endormi de Toby enfoui sous les draps. Elle ne culpabilisait pas d’être partie en douce, il devait bien se douter qu’elle avait du travail. Elle ne savait pas s’ils se reverraient, ni même quand, mais une chose était sûre : il lui avait sauvé sa soirée.
avatar
Ann Czajkowski

Genre : Féminin
Date de naissance : 13 novembre
Age : 38 ans
Métier : Journaliste
Date d'inscription : 21/05/2016
Messages : 86
Couleur : : #006633
Doubles Comptes : Chandler Owen

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t100-ann-czajkowski

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appartement d'Ann Czajkowski

Message  Ann Czajkowski le Lun 2 Jan - 14:58

Mi-septembre, le soir,

S'arrêtant un instant devant l'immeuble aux pierres rouges, Ann signala au jeune homme qui l'avait galamment raccompagnée que c'était ici. Pour l'instant, rien ne se passait. Elle lui avait montré un emplacement, un bâtiment, rien de plus. Mais dès qu'ils passeraient le pas de la porte pour qu'il la suive jusqu'au 3ème étage, jusqu'au pallier de son appartement; dès qu'ils s'embrasseraient pour se dire au revoir - car c'est ce qui allait se passer, autant par envie que par convention sociale - alors, dès cet instant, Ann Czajkowski aurait l'impression d'avoir ouvert une brèche dans son intimité pour laisser Toby Coore y pénétrer.

Elle se doutait que l'auror ne voyait pas les choses de cette manière. Peut-être la prendrait-il pour folle s'il savait, lui qui l'avait invitée à dormir le soir même de leur rencontre. Mais Ann avait passé des années à construire des murs invisibles autour de son cœur, et elle pouvait avoir des réactions disproportionnées dès que l'un de ces murs se fendait. Pour que la métaphore soit exacte, il faudrait plutôt dire qu'elle avait elle-même retiré délicatement quelques pierres. Car en fin de compte, c'était elle qui avait accepté que Toby la raccompagne, elle qui lui avait proposé ce dîner, elle qui se jetait dans la gueule du loup en pleine connaissance de cause.

- C'est ici, lui dit-elle, au cas où ce n'était pas encore suffisamment évident.

Et ils entrèrent. Le concierge avait déjà fermé boutique pour se plonger dans un sommeil profond, que même le bruit des talons d'Ann dans les escaliers ne pouvait réveiller.
1er étage. Elle se retourna vers Toby dans les escaliers pour lui offrir un petit sourire de convenance, synonyme d'une agréable soirée.
2ème étage. Elle se racla la gorge silencieusement en voyant approcher le palier suivant.
3ème étage. Elle marcha jusqu'à la porte, Toby sur ses talons, les clés dans la main.

- Voilà, c'est là.

S'apercevant de la redondance de ses affirmations, elle baissa un instant les yeux sur le tapis d'entrée. L'inviter ou ne pas l'inviter, telle était la question. Puis, elle l'embrassa. Comme ça, sans réfléchir. Elle releva le regard et surprit ses lèvres légèrement maquillées sur celles de Toby. Un baiser un peu court, un peu inattendu. Mais bizarrement empli d'une tendresse dont elle ne se croyait pas capable. Elle sourit à nouveau en voyant que son rouge à lèvres avait laissé des traces sur la bouche de Toby, qu'elle effaça doucement du revers de son pouce.

- Je te fais visiter ? demanda-t-elle finalement, en réalisant que le baiser n'allait pas être celui des aux revoir, ce qui le rendait d'autant plus inattendu.

Le ton signifiait clairement qu'elle ne l'inviterait pas à passer la nuit. Mais elle espérait qu'il se rende compte que l'invitation à visiter était déjà un pas de géant dans sa vie amoureuse.
avatar
Ann Czajkowski

Genre : Féminin
Date de naissance : 13 novembre
Age : 38 ans
Métier : Journaliste
Date d'inscription : 21/05/2016
Messages : 86
Couleur : : #006633
Doubles Comptes : Chandler Owen

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t100-ann-czajkowski

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appartement d'Ann Czajkowski

Message  Toby Coore le Sam 7 Jan - 17:37

Ils marchèrent pendant un petit moment avant de rejoindre leur destination. Toby était déjà en train de réfléchir à comment il allait partir. Il ne savait pas s'il pouvait tenter de l'embrasser. Il en avait envie mais il ignorait la réaction que Ann pourrait avoir. Etrangement, elle l'invita à entrer dans le hall de l'immeuble. Il l'accompagna donc jusqu'à sa porte, gravissant les étages un à un jusqu'au troisième étage. L'auror ne comprenait pas grand chose à ce qu'il se passait et il fut encore plus perdu quand la brune l'embrassa. Il répondit à son baiser et finit par sourire quand ils se détachèrent.

- Je te fais visiter ?

Le trentenaire hocha la tête. Il était surpris de la tournure que les évènements prenaient mais content à la fois de voir qu'elle commençait à s'ouvrir un peu à lui. Elle déverouilla la porte et ils entrèrent dans l'appartement. Il était assez différent de celui de Toby notamment par la cuisine. En effet, celle de la journaliste possédait un bar ce qui était plutôt pratique. Le salon semblait être la pièce que la reporter occupait le plus à la vue des papiers recouvrant la table basse. De plus, il paraissait confortable. Cependant, Toby aperçut un balcon et il s'empressa de s'appuyer sur la rambarde. La cour sur lequel il donnait n'était pas très jolie mais bon, c'était mieux que rien. Après tout, ils étaient ville, c'était difficile de trouver un coin où vivre avec beaucoup de verdure.

Il resta un moment sur le balcon. Il aimait bien regarder les étoiles même s'il savait que ça faisait romantique ce qu'il n'était décidemment pas. Puis, il finit par rentrer. Il ne savait pas s'il devait maintenant partir après sa courte visite. Allait-elle lui proposer à boire ? De dormir ici ? Le jeune homme n'en savait rien mais il aimait bien que Ann le surprenne.

- T'as quelque chose à me proposer ? demanda-t-il en souriant.
avatar
Toby Coore

Genre : Masculin
Date de naissance : 22 avril
Age : 30 ans
Métier : Adulte (auror)
Date d'inscription : 07/07/2016
Messages : 59
Couleur : : #2209FF
Doubles Comptes : Conrad Robson
Aisling O'Brien

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t163-toby-coore#521

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appartement d'Ann Czajkowski

Message  Ann Czajkowski le Mer 11 Jan - 15:33

Le balcon sembla attirer Toby du premier coup d'oeil. Ann avait un peu anticipé son goût pour l'air libre et les grands espaces. Malheureusement, la cour un peu vétuste de son immeuble n'allait peut-être pas beaucoup le satisfaire. Elle culpabilisa un peu de ne pas avoir rangé la table basse du salon. Des brouillons d'articles s'entassaient là depuis des semaines. Elle fit mine de les classifier un minimum avant que le jeune auror ne rentre à nouveau dans l'appartement.

- T'as quelque chose à me proposer ?

Ann aimait bien le petit air quelque peu insolent qu'il prenait en posant cette question. Elle répondit avec la répartie qui la caractérisait :

- Un verre, oui. Un lit, non. Son ton était très calme.

Ça avait le mérite d'être clair. L'intonation n'avait rien de froid, mais elle avait voulu préciser le déroulement du reste de cette soirée. Elle lui proposa d'un geste de la main de s'asseoir sur le canapé tandis qu'elle alla leur servir un verre de rhum. L'odeur délicieusement exotique de l'alcool lui rappela qu'elle devrait ouvrir cette bouteille plus souvent.

- Tu t'intéresses un peu à la peinture ? lui demanda-t-elle, l'air de rien. En lui apportant son verre, elle désigna un petit tableau placé à gauche du bar, près de l'entrée. C'est une nature morte, de Paul Cézanne. Enfin, une copie .. précisa-t-elle.

Il était évident qu'elle n'avait pas les mêmes moyens qu'un grand collectionneur de tableaux. Et même si elle les avait, elle ne dépenserait certainement pas son argent en œuvres d'art. Sa capacité à parler de sujets qui ne l'intéressaient même pas vraiment était assez étonnante. Elle s'arrêta un instant sur le tableau qu'elle venait de décrire à Toby. Un vase, rempli de fleurs jaunes et rouges. Quoique les couleurs délavées de la copie les transformaient en pétales ocres et bordeaux. Elle n'aimait pas trop ce tableau; les natures mortes étaient d'un ennui ... mortel. Elle l'avait acheté simplement parce que la couleur du cadre s'accordait bien avec les meubles de sa cuisine. Et  parce que Paul Cézanne était très à la mode en France à la fin du XIXème siècle. Avoir des tableaux dans son appartement faisait toujours sensation auprès des gens du beau monde. Et ça permettait de faire la conversation. "Oh, vous avez une copie d'un Cézanne chez vous ? Quelle femme raffinée ! Vous savez, les impressionnistes français ..." et cela pouvait durer des heures. Voilà comment on amadouait quelqu'un avant une interview.

Quant à la raison pour laquelle elle en parlait à Toby, Ann n'en savait rien. Peut-être pour la même raison qu'avec les autres : pour faire la conversation. Elle s'en voulu presque un peu, ce n'est pas comme si le jeune homme n'avait aucune discussion intéressante, bien au contraire. Mais elle supposa que sa question sur l'art pouvait l'aider à mieux le cerner. Dîtes moi quelles œuvres d'art vous aimez et je vous dirais qui vous êtes, pensa la journaliste.
avatar
Ann Czajkowski

Genre : Féminin
Date de naissance : 13 novembre
Age : 38 ans
Métier : Journaliste
Date d'inscription : 21/05/2016
Messages : 86
Couleur : : #006633
Doubles Comptes : Chandler Owen

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t100-ann-czajkowski

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appartement d'Ann Czajkowski

Message  Toby Coore le Dim 22 Jan - 23:44

- Un verre, oui. Un lit, non.

La réponse fut sèche, sans être méchante. Au moins, elle était claire dans ses intentions et ne laissait aucune place à l'espoir. Le trentenaire acquiesça et rétorqua :

- Alors va pour le verre s'il te plait.

Après tout, il n'allait pas refuser un bon verre de whisky ou de vin blanc. Sa surprise fut alors grande quand il aperçut du rhum dans le récipient que Ann lui tendait. Il le saisit et but une gorgée tandis qu'elle lui posait une question :

- Tu t'intéresses un peu à la peinture ? C'est une nature morte, de Paul Cézanne. Enfin, une copie...

Il dégustait sa boisson qui était vraiment de qualité. Par contre, il n'avait que faire des tableaux. Ca n'était vraiment pas un art qui l'attirait, la peinture. Il trouvait ça vraiment très ennuyant. Encore plus les natures mortes.

- Je vais peut-être te décevoir mais absolument pas. Je ne trouve pas ça très attrayant. Je préfère largement les dessins.


Il les trouvait plus personnels mais il ne savait pas pourquoi. Peut-être car c'était, pour lui, des oeuvres plus fines au niveau du coup de crayon. Enfin, de toute manière, rien n'égalerait jamais l'écriture. C'était vraiment ce qui le transportait dans un autre monde.

L'auror s'installa dans le canapé de la journaliste. Il avait très envie de lire les articles qui s'y trouvaient. Il était parfois très curieux quand il s'agissait d'écriture ou de lecture. Néanmoins, il resta poli et ne fit même pas mine de prendre un papier dans ses mains.

Le jeune homme se retourna vers la reporter. Il venait de se rappeler de quelque chose dont il devait lui parler.

- Au fait, ça te dirait de venir fêter la nouvelle année avec moi au manoir des Finley ?

Peut-être qu'elle trouverait ça précipité ou déplacé comme demande mais il fallait bien qu'il se lance. Il ne voyait pas qui il pouvait inviter autre que Ann et il avait seulement envie de l'inviter elle et personne d'autre. Dans le pire des cas, il s'y rendrait seul mais risquait de moins s'amuser si c'était le cas.
avatar
Toby Coore

Genre : Masculin
Date de naissance : 22 avril
Age : 30 ans
Métier : Adulte (auror)
Date d'inscription : 07/07/2016
Messages : 59
Couleur : : #2209FF
Doubles Comptes : Conrad Robson
Aisling O'Brien

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t163-toby-coore#521

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appartement d'Ann Czajkowski

Message  Ann Czajkowski le Lun 23 Jan - 13:05

Le rhum avait l'air de plaire à Toby. Tant mieux, elle l'avait fait importer de Martinique. Ou était-ce de Guyane ? Une île française, quoi qu'il en soit. Lorsqu'il s'agissait de boissons, elle ne lésinait pas sur les moyens.

- Je vais peut-être te décevoir mais absolument pas. Je ne trouve pas ça très attrayant. Je préfère largement les dessins.

- Oh, tu ne me déçois pas ne t'en fais pas, dit-elle.

Elle avait presque envie de sourire. Peut-être que le jeune homme lui ressemblait plus que ce qu'elle ne se l'était imaginée de premier abord. Elle se doutait bien, à son air, qu'il trouvait les natures mortes ennuyantes. "Ne pas les trouver très attrayantes" était une manière polie de ne pas évoquer leur monotonie.

Elle regarda encore la peinture un instant avant de se concentrer sur son propre verre. Elle avait ce genre de réflexions, de celles que les êtres intelligents n'ont que le soir, tard, dans leur lit, ou bien après quelques gorgées d'alcool. Ces réflexions légèrement philosophiques, un peu vides de sens. Et ce soir, celle qui lui traversa l'esprit, fut de se dire qu'elle possédait définitivement un goût pour le concret. Le rhum qui brûle la gorge, la publication d'un article, la sensation du chocolat noir fondu sur la langue. L'abstrait ne lui évoquait rien, ni les peintures, ni l'Art en général. Qu'est-ce-que valait cette nature morte face au goût du rhum de Martinique sur les papilles ? Elle semblait bien fade en comparaison.

Bien entendu, ce genre de réflexions ne la menaient nulle part. Mais elle se les faisait tout de même, et pensait bien qu'elle n'était pas la seule.

- Au fait, ça te dirait de venir fêter la nouvelle année avec moi au manoir des Finley ?

La question arriva comme un cheveux sur la soupe. Les Finley ? Vraiment ? Le couple de vieux conservateurs vivant dans un manoir qui valait dix fois son loyer ? Grand-parents du gamin à la sucette rencontré dans le Poudlard Express à la rentrée ? (Ann le soupçonnait d'ailleurs d'un léger retard mental. Mais il avait au moins l'avantage de ne pas être aussi extrémiste que le reste de sa famille). Légèrement surprise, la journaliste hésitait quant à la réponse qu'elle pouvait donner. Elle n'avait rien contre passer la soirée du nouvel an avec Toby, non non, rien de personnel là-dedans. Mais avec les Finley ...

Bien qu'elle n'était pas encore fixée sur son opinion face au conflit actuel, elle n'avait aucune envie de côtoyer des gens qui avait choisi leur camp par stupidité et intolérance, sans en comprendre les enjeux.

- Je te répondrai oui seulement si tu me rassures sur un point : comment connais-tu les Finley ? lui demanda-t-elle.

Elle espérait ne pas se méprendre sur la personnalité de Toby au point de n'avoir pas vu venir un penchant pour une famille si méprisable.
avatar
Ann Czajkowski

Genre : Féminin
Date de naissance : 13 novembre
Age : 38 ans
Métier : Journaliste
Date d'inscription : 21/05/2016
Messages : 86
Couleur : : #006633
Doubles Comptes : Chandler Owen

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t100-ann-czajkowski

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appartement d'Ann Czajkowski

Message  Toby Coore le Lun 23 Jan - 13:56

La journaliste mit un temps à répondre. Elle semblait réfléchir aux pour et contre de la proposition. Après tout, la famille Finley n'était pas une famille que Toby aimait cotoyer et il pouvait donc comprendre que ça soit le cas aussi pour d'autres personnes.

- Je te répondrai oui seulement si tu me rassures sur un point : comment connais-tu les Finley ?


Ca n'était pas une longue histoire comme elle aurait pu l'aimer. Les Finley et les Coore étaient juste deux familles de sang purs et même si Toby et ses parents n'appréciaient pas particulièrement les organisateurs de la réception, ils se devaient de faire bonne figure. Enfin, l'auror y allait surtout pour faire plaisir à son père et sa mère qui, eux, avaient cessé de se demander ce qui était bien et ce qui était mal. Oh bien sûr, ils savaient qu'ils détestaient les mangemorts et leurs idées, principalement depuis qu'ils avaient tué un de leur fils. Mais même si les Finley n'aimaient pas les moldus, ils ne savaient pas s'ils faisaient partie des mages noirs qui terrorisaient le monde sorcier en ces temps actuels.

- Tout simplement, nous sommes sang purs, et tous les sang purs se retrouvent pour fêter la nouvelle année. Je n'y vais que pour faire plaisir à mes parents, sinon j'aurais déjà prévu quelque chose de plus... jovial.

Il espérait que son honnêteté ne lui ferait pas défaut. Et si c'était le cas, il n'aurait qu'à se dire que Ann n'en valait peut-être pas tant la peine. Il savait parfaitement relativiser dans ce genre de situations.

Il jeta un oeil à la peinture que la reporter lui avait montré précédemment. Peut-être qu'elle aimait cet art. Il devait se renseigner un peu.

- Tu aimes ce genre de peintures, toi ? Parce qu'en fait, je trouve ça très abstrait et inexpressif.

En vérité, les mots qu'il utilisait étaient softs. Il ne ressentait absolument rien en regardant le tableau. Pour lui, ça ne servait strictement à rien. Il ne comprenait pas l'attrait que certaines personnes pouvaient avoir pour des peintures, encore moins pour des natures mortes.
avatar
Toby Coore

Genre : Masculin
Date de naissance : 22 avril
Age : 30 ans
Métier : Adulte (auror)
Date d'inscription : 07/07/2016
Messages : 59
Couleur : : #2209FF
Doubles Comptes : Conrad Robson
Aisling O'Brien

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t163-toby-coore#521

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appartement d'Ann Czajkowski

Message  Ann Czajkowski le Sam 28 Jan - 18:13

Sa question exprimait plus de la curiosité d'une réelle appréhension. Si elle s'inquiétait de la réponse, c'était en réalité parce qu'elle aurait pu remettre en cause tout ce qu'elle pensait vrai sur Toby jusqu'à maintenant. Et s'il lui répondait "maintenant qu'on se connait un petit peu, tu ne vas pas le nier, on a tous un côté un peu mangemort. J'en ai marre du politiquement correct, ma famille s'entend bien avec les Finley. Ils ne sont peut-être pas très amusants, mais ils ont une vision du monde très intéressante, tu devrais discuter avec eux !" ? Elle s'imaginait des choses, très certainement. Mais l'espace de quelques secondes avait suffit pour qu'elle se pose la question : quelle serait sa réaction ? Elle le trouverait stupide. Oui, c'est cela. Stupide. Mais un penchant pour les forces du mal l'aurait également rendu ridiculement attirant.

- Tout simplement, nous sommes sang purs, et tous les sang purs se retrouvent pour fêter la nouvelle année. Je n'y vais que pour faire plaisir à mes parents, sinon j'aurais déjà prévu quelque chose de plus... jovial.

Ann chassa sa dernière pensée de son esprit pour répondre :

- Oh. Je vois.

Bon et bien problème réglé. Elle ne s'était pas trompée sur le compte de Toby. Fidèle à lui-même, serviteur du bien, et ce lien indéfectible avec sa famille, bien entendu. Par contre, sur ses parents ... Elle les avait imaginé plus dignes d'intérêt, rien que pour avoir eu le mérite d'élever un garçon comme Toby. Mais s'ils éprouvent une quelconque joie à passer le nouvel an chez les Finley, et à y traîner leur fils, c'est qu'ils n'étaient pas aussi éclairés qu'Ann aurait pu le croire. Elle préférait tout de même s'être trompée sur leur cas que sur celui de l'auror.

- Tu aimes ce genre de peintures, toi ? Parce qu'en fait, je trouve ça très abstrait et inexpressif.

- Non je n'aime pas du tout. C'est pour ça que je l'accroche dans mon appartement d'ailleurs, répondit-elle rapidement.

Le ton était si limpide qu'on ne pouvait savoir si c'était ironique ou bien sincère. La journaliste voulu revenir au sujet précédent, et ne prit pas de pincettes pour balayer le thème des natures mortes :

- Je ne pensais pas que je rencontrerai tes parents aussi tôt. Il y a un dress-code spécial qui ferait plaisir à Monsieur et Madame Finley ? Ou bien à tes parents ? Ou les deux peut-être ...
avatar
Ann Czajkowski

Genre : Féminin
Date de naissance : 13 novembre
Age : 38 ans
Métier : Journaliste
Date d'inscription : 21/05/2016
Messages : 86
Couleur : : #006633
Doubles Comptes : Chandler Owen

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t100-ann-czajkowski

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appartement d'Ann Czajkowski

Message  Toby Coore le Sam 11 Fév - 13:32

- Non je n'aime pas du tout. C'est pour ça que je l'accroche dans mon appartement d'ailleurs.

Toby leva un sourcil interrogateur. Ca avait tout l'air d'une réponse ironique mais elle l'avait énoncé sur un ton sérieux. Il ne savait pas démêler le vrai du faux. Il décida de ne pas cherche trop loin. De toute façon, la journaliste avait déjà repris la parole :

- Je ne pensais pas que je rencontrerai tes parents aussi tôt. Il y a un dress-code spécial qui ferait plaisir à Monsieur et Madame Finley ? Ou bien à tes parents ? Ou les deux peut-être ...

C'était donc un oui. L'auror sourit le temps d'une seconde. Il était ravi de se voir accompagné au Nouvel An par Ann. Il réfléchit un instant. Un dress code ? Pour faire plaisir à ce vieux couple tout rabougri ? Il n'en était pas question. Il se rendait déjà à leur fête, c'était déjà un bel effort. De ce fait, il n'allait pas faire plaisir à ses parents non plus.

- Je pense que le style vestimentaire moldu nous ira à ravir. En tout cas, je mettrai un costume. Je n'ai pas envie de leur faire trop plaisir et un peu de provocation pourrait se révéler... amusant, si tu vois ce que je veux dire, lança-t-il avec un clin d'oeil tout en se rapprochant imperceptiblement de la reporter.

Pourtant, il ne déposa pas de baiser sur ses lèvre comme il aurait pu le faire et comme elle aurait pu s'y attendre. Il en avait un petit peu marre qu'elle le repousse et qu'elle l'embrasse quand elle le souhaitait elle. Il posa simplement une main sur la cuisse de la brune.

Il se trouvait finalement d'humeur taquine ce soir. Il était content de pouvoir un peu plaisanter. Sa vie n'était pas une partie de plaisir mais Ann l'égayait, à sa façon, depuis quelques semaines.
avatar
Toby Coore

Genre : Masculin
Date de naissance : 22 avril
Age : 30 ans
Métier : Adulte (auror)
Date d'inscription : 07/07/2016
Messages : 59
Couleur : : #2209FF
Doubles Comptes : Conrad Robson
Aisling O'Brien

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t163-toby-coore#521

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appartement d'Ann Czajkowski

Message  Ann Czajkowski le Lun 13 Fév - 17:55

- Je pense que le style vestimentaire moldu nous ira à ravir. En tout cas, je mettrai un costume. Je n'ai pas envie de leur faire trop plaisir et un peu de provocation pourrait se révéler... amusant, si tu vois ce que je veux dire..

Oh que oui, elle voyait ce qu'il voulait dire. Et elle voyait aussi ce qu'il voulait faire. Le laissant approcher, elle sourit imperceptiblement et se laissa un instant. Il sentait bon une fragrance boisée, sobre mais puissante, mélangée à une légère odeur de chocolat noir. Son charme ne faisait aucun doute, surtout en cet instant précis. Mais Ann le savait depuis leur rencontre, c'était même bien pour sa belle gueule qu'elle l'avait repéré dans ce bar. Tout bien réfléchi, elle avait même l'habitude de s'entourer de gens beaux. Son frère était très bien conservé, à défaut d'être un gentleman. Les amis de son frère étaient tous très attirants, un peu brusques, mais attirants. Wallace, son insupportable collègue, ramenait tous les soirs une femme différente chez lui, c'est qu'il devait lui aussi avoir un physique avantageux, bien que la journaliste ne lui trouvait rien. Même son patron avait cette aura d'homme sage, au passé de bel amant bien bâti, que l'âge a rattrapé. Elle était entourée de gens beaux et ne le remarquait même plus.

C'était bien la preuve qu'Ann ne tombait pas pour la beauté. Ainsi, elle put se rapprocher à son tour de Toby, à quelques centimètres de lui à vrai dire, frôla du bout de doigts sa main. Elle donna cette impression de temps suspendu, immobile, le visage paisible; avant de se lever tout naturellement pour aller retirer ses chaussures sur le tapis dans l'entrée.

- C'est une bonne idée, et puis c'est la St Sylvestre, si ce n'est pas pour s'amuser ça n'a pas d'intérêt. Tu ne m'en veux pas j'espère ? dit-elle avec un petit air provocateur en désignant ses chaussures dont elle retirait les attaches au lieu d'être restée sur le canapé. Je perds dix centimètres mais je gagne un confort infini. J'aime beaucoup les escarpins ceci dit, je les mettrai chez les Finley. Ils sont faits sur mesure par un cordonnier très charmant à deux rues d'ici. Elle revint s'asseoir près de lui. Moldu, le cordonnier, rajouta-t-elle en souriant.

La soirée promettait d'être mémorable. Elle se fichait bien de ce que les parents de Toby allaient pouvoir penser d'elle, il avait passé l'âge d'avoir l'aval de papa-maman pour fréquenter une femme. Elle avait l'intention de s'amuser, à sa manière, et elle avait comme le sentiment que l'auror la suivrait sur ce coup là.
avatar
Ann Czajkowski

Genre : Féminin
Date de naissance : 13 novembre
Age : 38 ans
Métier : Journaliste
Date d'inscription : 21/05/2016
Messages : 86
Couleur : : #006633
Doubles Comptes : Chandler Owen

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t100-ann-czajkowski

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appartement d'Ann Czajkowski

Message  Toby Coore le Mar 21 Fév - 20:29

Comme pour répondre à sa provocation, Ann lui frola la main du bout des doigts puis se leva tout naturellement comme s'il ne s'était rien passé. C'était le jeu de celui qui allait craquer en premier.

- C'est une bonne idée, et puis c'est la St Sylvestre, si ce n'est pas pour s'amuser ça n'a pas d'intérêt.

Il hocha la tête. Elle avait totalement raison. Pour Toby, c'était une date de fête et non de principes.

- Tu ne m'en veux pas j'espère ?

- Absolument pas, répondit-il avec un sourire coquin.

Il avait vraiment décidé de jouer ce soir et rien ne l'en empêcherait. Pas même Ann qui n'en faisait que selon ses volontés depuis qu'ils avaient pénétré dans l'appartement de la journaliste.

- Je perds dix centimètres mais je gagne un confort infini. J'aime beaucoup les escarpins ceci dit, je les mettrai chez les Finley. Ils sont faits sur mesure par un cordonnier très charmant à deux rues d'ici. Moldu, le cordonnier.

Et puis, elle restait tout aussi séduisante, juste peut-être un peu moins intimidante. Même si, bien évidemment, elle n'intimidait pas Toby. Ou presque pas.

- Tu pourras d'ailleurs leur préciser ça. Je suis certain qu'ils seront ravis de l'apprendre, ricana-t-il.

Il ferait sûrement de même avec son costume. Ca pouvait s'avérer être très amusant d'observer les réactions des pur sangs tenant à leurs idéaux plus qu'à leur propre vie. Ce serait une soirée très divertissante. Toby se demandait quelle serait la réaction de ses parents à l'annonce qu'il viendrait accompagné. Il ignorait s'il devait leur apprendre avant ou s'ils le découvriraient par eux-mêmes à la soirée. Il aurait aimé leur faire la surprise mais les prévenir serait peut-être plus judicieux. De toute manière, il avait encore le temps d'y réfléchir.

Après cette réflexion, il observa Ann. Elle était vraiment très belle et il avait très envie de l'embrasser mais il devait tenir le pacte qu'il avait fait avec lui-même. Il la laissait prendre les initiatives puisque les siennes étaient apparemment vouées à l'échec. Elle devait sûrement vouloir contrôler la situation. Ca ne plaisait pas à Toby mais dans tous les cas c'est ce qu'elle ferait, à moins qu'il ne la repousse. Et il ne comptait pas faire ça.

Il finit son verre rhum et demanda avec un sourire en l'agitant :

- Je peux me resservir ou tu vas me mettre à la porte ?
avatar
Toby Coore

Genre : Masculin
Date de naissance : 22 avril
Age : 30 ans
Métier : Adulte (auror)
Date d'inscription : 07/07/2016
Messages : 59
Couleur : : #2209FF
Doubles Comptes : Conrad Robson
Aisling O'Brien

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t163-toby-coore#521

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appartement d'Ann Czajkowski

Message  Ann Czajkowski le Dim 26 Fév - 18:16

Le sourire de Toby en disait long sur ses volontés. L'alcool aidant, Ann ne pouvait s'empêcher de sourire à son tour, et de dresser un bilan mental de sa soirée. Depuis quelques temps, elle s'amusait follement, que ce soit dans ses magouilles professionnelles, dans ses articles, ou dans ses relations. Ce serait mentir que de dire que Toby n'avait pas influencé positivement son humeur des dernières semaines. Elle avait un peu éclipsé son frère du décor, et Jakob ne devait pas lui en vouloir beaucoup puisqu'il n'avait pas cherché à la voir. Qu'est-ce qui pourrait possiblement stopper son ascension ? Elle se sentait comme ces artistes nouvellement reconnus, dont la carrière et la richesse décollent enfin, et qui ne voient aucune fin possible à leur réussite. La différence, c'était que sa réussite à elle n'était ni basée sur son physique, ni sur sa voix, ni sur n'importe quel talent éphémère que la vieillesse pourrait tarir. Elle se sentait dans la fleur de l'âge, prête à tout.

Ni les regards méprisants des Finley, ni le contexte politique, ni même son patron encore trop tatillon ne l'inquiétaient. La seule ombre au tableau ? La possibilité de tomber amoureuse. Lointaine possibilité. Une éventualité. Une hypothèse. Il ne fallait pas que ça arrive, mais le simple fait qu'elle y pense faisait rentrer la chose dans le domaine du réalisable. Elle réfléchissait à se l'interdire formellement mais elle se savait trop bien capable de tenir une telle résolution, et ne voulait pas que ça la bloque dans toutes ses interactions avec Toby. Il allait falloir jouer avec le feu et trouver l'équilibre parfait.

- Je peux me resservir ou tu vas me mettre à la porte ?

La question la sortit de ses pensées. Le problème avec l'auror c'est que c'était justement ce genre de remarques qui plaisaient beaucoup à Ann, qui parvenaient à tirer un sourire de son visage figé. La spontanéité, l'alcool, la répartie, les jeux de langage. C'était un jeu pour elle aussi, un challenge qu'elle aimait relever.

Elle jeta sa dernière chaussure et se tint debout devant lui :

- Je te dirais bien de faire comme chez toi mais je n'ai pas envie qu'à terme, tu finisses par laisser des chaussettes sales et installer ta brosse à dent dans ma salle de bain, dit-elle sur un ton de plaisanterie (mais plaisantait-elle vraiment ?) Tu peux te resservir, je vais pas te laisser à la porte sous la pluie. On attend que le déluge passe pour les adieux déchirants.

Comme de fait, il s'était mis à pleuvoir et le bruit des gouttes sur la fenêtre du balcon commençait à se faire entendre de plus en plus fort. La bonne excuse, pour ne pas avoir à lui dire qu'elle voulait passer quelques dizaines de minutes encore en sa présence.
avatar
Ann Czajkowski

Genre : Féminin
Date de naissance : 13 novembre
Age : 38 ans
Métier : Journaliste
Date d'inscription : 21/05/2016
Messages : 86
Couleur : : #006633
Doubles Comptes : Chandler Owen

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t100-ann-czajkowski

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appartement d'Ann Czajkowski

Message  Toby Coore le Dim 26 Fév - 22:27

Toujours assis, attendant la réaction de Ann, Toby réfléchissait. Où le menait cette relation ? Ils n'étaient pas enamourachés. Loin de là. Mais il ne pouvait nier ce qui se passait entre eux. Il y avait une fusion qui pouvait parfois être effrayante. Après la mort de son frère, l'auror s'était juré de ne jamais se rapprocher de personnes ou du moins de ne pas le montrer. Il était en train de rompre sa promesse. Il finirait par s'attacher à Ann, s'ils continuaient à se voir. Les mangemorts finiraient par le savoir. Ils finiraient par la tuer comme ils avaient tué Thomas.

Toby secoua la tête. Non. Il ne les laisserait pas faire. Pas cette fois. Il les en empêcherait. Mais ce serait plus simple s'il évitait de trop fréquenter la journaliste. Pourtant c'était plus fort que lui. Il était bien avec elle. Il pouvait laisser libre cours à sa personnalité, à être lui.

- Je te dirais bien de faire comme chez toi mais je n'ai pas envie qu'à terme, tu finisses par laisser des chaussettes sales et installer ta brosse à dent dans ma salle de bain. Tu peux te resservir, je vais pas te laisser à la porte sous la pluie. On attend que le déluge passe pour les adieux déchirants.

Il sourit. Il n'était pas ce genre d'hommes. Il était plutôt celui qui veillait à ne rien laisser chez les femmes qu'il cotoyait. Et Ann ne ferait pas exception à la règle, du moins il le pensait.

- Quelle âme charitable, j'en suis touché.

Puis il se leva, frolant la reporter volontairement. Il se servit un second verre et retourna s'assoir tout en effleurant à nouveau la brune. Il jouait avec elle. Il aimait bien ce jeu. Le jeu de celui qui allait craquer en premier. Il espérait tenir tête encore longtemps mais il en doutait.

- Rassure-toi, je ne suis pas un homme encombrant. Je peux me faire très discret quand je le souhaite, tu peux compter sur moi, lui lança-t-il avec un clin d'oeil.

Il jeta un coup d'oeil par la fenêtre. La pluie semblait acharnée contre les vitres qu'elle tapait fortement. Toby était heureux de se retrouver à l'abri plutôt que de marcher sous les gouttes pour rentrer chez lui. Dès que la pluie s'arrêterait, il devrait courir jusqu'à son appartement en espérant ne pas être mouillé.
avatar
Toby Coore

Genre : Masculin
Date de naissance : 22 avril
Age : 30 ans
Métier : Adulte (auror)
Date d'inscription : 07/07/2016
Messages : 59
Couleur : : #2209FF
Doubles Comptes : Conrad Robson
Aisling O'Brien

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t163-toby-coore#521

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appartement d'Ann Czajkowski

Message  Ann Czajkowski le Jeu 2 Mar - 19:08

L'auror ne sembla pas mécontent de l'offre de son hôte. Restait encore à savoir si c'est parce qu'il ne voulait pas rentrer sous la pluie, ou si, comme elle, il appréciait d'être en bonne compagnie. Ann penchait plutôt pour la deuxième solution mais n'en toucha mot. Elle le regarda aller se resservir, avec une aisance mesurée. Elle l'analysa, le détailla de la tête aux pieds, le laissa retourner s'asseoir. Son pronostic ? Il était sur de lui, mais jouait un rôle. Tout comme elle après tout. Mais par vanité, elle se plaisait à penser qu'elle démontrait plus d'assurance que lui dans ce jeu. Qu'elle était en phase de gagner en quelque sorte. C'est ce qui lui permettrait de finir la soirée en beauté.

- Rassure-toi, je ne suis pas un homme encombrant. Je peux me faire très discret quand je le souhaite, tu peux compter sur moi.

Le clin d’œil ne la rassura pas, bien au contraire. Pas nécessairement sur sa capacité à être discret d'ailleurs, plutôt sur la possibilité qu'Ann ressorte gagnante de leur petit jeu. Pourquoi le bon Dieu avait-il inventé le charme ? se demanda-t-elle.

- Oh je n'en doute pas une seule seconde.

Toujours debout, Ann s'appuya contre un mur et regarda le contenu du verre de Toby se vider. Elle ne savait pas si c'était l'alcool, mais elle avait l'impression que chaque goutte qu'il avalait était une goutte en moins qui s'écrasait sur sa fenêtre. Ou alors, la pluie s'arrêtait tout simplement et cette accalmie coïncidait au cul-sec du jeune homme. Oui, ce devait être l'alcool qui lui brouillait les pensées ...  

- C'est maintenant que nos chemins se séparent mon cher, dit-elle en désignant l'extérieur.

D'un regard entendu, Toby reprit sa veste et l'enfila à une lenteur défiant toute concurrence. Sans le quitter des yeux, Ann lui ouvrit la porte et le laissa sortir. Son pied droit dépassa le pas de la porte. Il commençait à lui tourner le dos. Il avança son pied gauche et ...

- C'est bon, t'as gagné, lui dit-elle en le retenant et en déposant un baiser sur ses lèvres. Pour cette fois ! se sentit-elle obligée de rajouter, avant de refermer la porte.

*

Ce soir-là, Ann se coucha toute habillée, l'esprit léger. Malgré le peu de sommeil qu'elle aurait, elle savait que sa journée du lendemain serait lumineuse. La question qui se posait cependant, était de savoir si elle serait plus lumineuse qu'elle ne l'aurait été si elle avait ramené n'importe quel autre homme chez elle. Ou si Toby y était directement pour quelque chose. En d'autres termes, il convenait de se demander si elle apprécierait un jour Toby pour ce qu'il était, ou si elle continuerait simplement d'apprécier la compagnie masculine qu'il lui offrait. Ce qu'elle aimait le plus chez les hommes, c'était son propre reflet dans leurs yeux, l'affection qu'ils pouvaient lui offrir. Elle ne savait pas si elle pourrait un jour dépasser ce stade avec Toby, ou si elle en avait même envie. Mais, sur le point de s'assoupir, elle laissa ses questions en suspens. L'avenir n'appartient qu'à lui seul, et il ne fait pas bon philosopher alcoolisée sur l'amour, le soir tard dans son lit.

[Fin de RP]
avatar
Ann Czajkowski

Genre : Féminin
Date de naissance : 13 novembre
Age : 38 ans
Métier : Journaliste
Date d'inscription : 21/05/2016
Messages : 86
Couleur : : #006633
Doubles Comptes : Chandler Owen

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t100-ann-czajkowski

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appartement d'Ann Czajkowski

Message  Ann Czajkowski le Dim 11 Juin - 0:19

Fin octobre, début de soirée,

- Anni ?

Les deux coups portés à l'entrée suffirent à entrouvrir la porte mal enclenchée. Ann releva son nez de ses articles pour tomber sur le regard de son frère. Toujours ces mêmes yeux sombres et inoffensifs. Une fois n'est pas coutume, elle savait ce qu'il voulait. Et il savait qu'elle savait. Mais il tenait à le dire quand même.

- Désolé de te déranger, je passais juste pour te dire que ... je m'excuse pour hier soir.

Demander deux fois pardon dans une seule et même phrase n'était pas dans les habitudes de Jakob Czajkowski, ce qui laissa supposer à Ann qu'il avait pris pleinement conscience de son erreur. De SES erreurs. Quant à savoir s'il ne les reproduirait pas, c'était une autre affaire.

* La veille au soir *

- Je sais pas pourquoi je continue d'accepter. Tu vas me planter pour la énième fois toute seule au bar, et j'aurais plus qu'à rentrer toute seule, se plaignait la brune du haut de ses escarpins vernis.

- T'acceptes parce que dans le fond, tu sais que tu vas t'amuser. Et je t'ai promis de ne pas t'abandonner cette fois.

- Comme si tu avais déjà tenu tes promesses, souffla-t-elle.

Il la connaissait trop bien. Elle n'avait pas accepté de sortir avec le naïf espoir de passer une soirée conviviale entre frère et sœur autour d'un verre, mais parce qu'elle avait envie de s'amuser. Ou c'était du moins ce que sa conscience lui faisait croire. Son subconscient, lui, trouvait des raisons plus profondes à son soudain esprit fêtard. Et si, au milieu de la nuit, au fin fond d'un bar, elle croisait un certain Toby ? Il pourrait se vexer de la voir ici, seule et jolie. Sur la base de cette hypothèse irrationnelle, de sa supposée présence hasardeuse, elle s'imaginait peut-être pouvoir lui montrer qu'elle savait s'amuser, qu'avec elle, rien n'était acquis. Et pourtant, le fait même qu'elle ressente l'involontaire besoin de le lui prouver aurait été pour lui une grande victoire. Depuis quand Ann raisonnait-elle de la sorte ? Depuis quand sortait-elle pour prouver quoi que ce soit à qui que ce soit ? L'amour n'est fait que de vents contraires.

- Anni, je suppose que tu te rappelles de Tom.

A peine arrivés à l'entrée du bar que Jakob souhaitait lui montrer, Ann sentit l'embuscade. Elle s'était faite avoir comme une débutante, par son propre frère. Comment avait-il osé ? Inviter Tom à les rejoindre, sérieusement ? Qu'est-ce-qui ne tournait pas rond chez lui ? Maintenant qu'il se doutait qu'elle fréquentait quelqu'un, il voulait la rabibocher avec son meilleur ami ? (Si seulement on pouvait considérer qu'ils furent réellement ensemble un jour). C'était quoi cette manie protectrice malsaine qui le prenait soudainement ? Il était plus rassuré de la savoir avec un pseudo-criminel ignare qu'avec... un auror ?

D'un coup de coude qui ne se voulait pas spécialement discret, la brune fit remarquer à son bien-aimé frère jumeau que la situation lui déplaisait fortement, et qu'il le lui paierait. L’intéressé lui répondit par un clin d’œil furtif, avant de la laisser s'asseoir face à Tom.

- Ravi de te revoir Ann, ça fait un sacré bail !

- Et oui ...

Pour ne pas faire durer un silence qui aurait vite pu s'avérer gênant, Jakob commanda des boissons pour tout le monde avant d'entamer une discussion avec Tom, qui, deux verres de vin plus tard, n'était toujours pas terminée. Ann ne cessait de se demander ce qu'elle faisait là, par quel miracle elle n'avait pas encore foutu le camp de cette terrasse immonde. Elle pensait à Toby, à ce qu'elle ressentait à son égard. Pourquoi diable avait-elle voulu lui prouver qu'elle était encore jeune, qu'elle sortait, qu'elle buvait, alors qu'il le savait déjà ? Pourquoi avait-il fallu qu'elle ait ce petit instant de faiblesse durant lequel elle s'était sentie inférieure, presque vieillissante ? Oh Jakob en avait bien profité ! Il s'était immiscé dans la brèche et l'avait traînée jusqu'ici avec un but bien précis en tête. Et maintenant elle se retrouvait coincée, à les écouter parler de je-ne-sais-quoi.

- Oui mais quand t'y réfléchis, je suis pas touché directement par ça ..
- Tu te fous de moi ?! T'as eu plus de problèmes de tunes que moi, t'as failli perdre ton appart deux fois, ta dernière copine te menait à la baguette ...
- Oui bah c'est bon je vois l'idée ! l'interrompit Jakob. Mais il n'empêche, moi je pense que tu sais pas dans quoi tu t'engages. Tu vois que le court terme, à plus grande échelle ça mène nul part ton truc.
- Ouais mais je perd rien à essayer. Et puis tu dis ça juste parce que ta sœur est là, fit Tom en désignant Ann de la main.
- Ça n'a aucun rapport !
- De quoi vous parlez ? Elle sortit de ses pensées, l'air lassé.
- De rien, c'est Tom et ses délires mégalo. Parlons plutôt de toi !
- Oui, parlons de toi Ann. Comment ça se passe à la gazette ? J'ai entendu que t'avais eu une promotion.

Ann avait bien peur de comprendre de quoi ils parlaient, mais les laissa changer de sujet sans insister.

- Oui j'ai été promue rédactrice en chef des faits divers et politiques.
- Félicitations ! Levons notre verre à ta réussite, fit Tom presque ironiquement, en cherchant à tout prix un prétexte pour avaler son fond de rosé.
- D'ailleurs tu m'as pas raconté ce que tu faisais de nouveau depuis ta promotion. Tu dois être amenée à rencontrer pas mal de nouvelles personnes. Des proches du ministre, ou des aurors ..? demanda Jakob innocemment.
- Tu aurais au moins pu faire l'effort d'amener le sujet plus subtilement si tu tiens tant que ça à étaler ma vie au grand public, lui répondit-elle dédaigneuse.
- Oh ça va, Tom c'est comme un membre de la famille. Parle nous de lui un peu.

Tom ne correspondait pas exactement à la définition qu'Ann se faisait d'un membre de la famille, non. Mais puisque pour son frère cette notion semblait bien insignifiante...

- Il s'appelle Toby. Et effectivement, il est auror.
- C'est tout ? Il a quel âge ?
- Qu'est-ce-que ça peut te foutre ?
- Bon ! Je crois qu'il est temps de changer de sujet, fit Tom un peu gêné par la tournure de la conversation. Du coup Jake je te disais ..
- Mais ferme-là plutôt que de lui parler des Mangemorts et de toutes tes conneries toi ! Ann sortait de ses gongs, Jakob n'aurait jamais dû lui faire un coup pareil et elle ne pouvait supporter un mot de plus qui sortait de la bouche de son ami.
- Euh je te permet pas, si tu veux passer tes nerfs sur quelqu'un passe-les sur ton frère, j'y suis pour rien moi si tu sors avec un collabo !
- Un collabo ? Mais qu'est-ce-que c'est que ce délire ? Qu'est-ce-qui va pas chez vous ? Il bosse chez les aurors, ça veut pas dire qu'il fait partie de l'Ordre. Et même si c'était le cas, je crois pas que "collabo" soit le terme adapté pour décrire ceux qui luttent contre des fouteurs de troubles.
- Tu vas pas te lancer dans un discours moralisateur maintenant ! Pas toi ! On sait tous très bien ce que t'en penses, tu le défends pour la forme mais ça te passe bien au-dessus de la tête toutes ces histoires, insista Jakob.
- Peut-être même que dans le fond, t'es une mangemort en puissance qui s'assume pas encore. T'as juste besoin de trouver ta cause, une raison pour nous rejoindre.

C'en était trop. Tom qui en rajoutait une couche comme s'il avait son mot à dire, comme s'il pouvait faire irruption dans sa vie sous ordonnance de son frère pour lui quoi faire et quoi penser. Heureusement pour eux, la terrasse se vidait à cause du vent frais du soir, les fêtards rentraient boire tout leur soûl à l'intérieur, ils se retrouvèrent presque seuls, avec leur conversation douteuse, au milieu d'un bar moldu.

- C'est ce que tu penses ? Et toi c'était quoi ta raison de les rejoindre ? L'idiot espoir qu'ils te sortiront de ta vie pitoyable ?! Et puis Jakob a raison : dans le fond, je m'en balance de votre guéguerre si ça peut donner du sens à votre vie. Mais venez pas me dire comment je dois mener la mienne. Non mais c'est à se demander comment tu supportes ton propre reflet dans le miroir Tom Evans. T'as aucune honte à me donner des leçons quand t'es pas foutu d'accomplir quelque chose de concret dans ta misérable existence. T'as détruit toutes tes ambitions, brisé tes chances de réussir quoi que ce soit, t'es un pauvre mec indécis et la seule chose qui m'empêchait de me casser c'était l'espoir que t'entraînerait pas mon frère dans l'échec total qu'est ta vie, mais il faut croire que c'est trop tard. Je te souhaite bien du courage dans tes activités de malfrat de banlieue, et puissions nous ne jamais nous revoir !

Sans un mot de plus, elle se leva, prit son sac et tourna les talons aux deux hommes restés en plan. Ni l'un ni l'autre n'arrivait à réaliser ce qu'il venait de se passer. Et ni l'un ni l'autre ne le souhaitait vraiment, sous peine d'être exposé à une vérité difficile à admettre.

Ce soir-là, Ann tomba de sommeil dans son lit sans même prendre de le temps de se déshabiller. La nuit calma ses nerfs et au petit matin, toute trace de Tom avait été effacée de son esprit.

*


Mais c'était sans compter sur son frère qui agissait comme une piqûre de rappel tout sauf bienvenue. Ils s'étaient assis tous les deux sur le canapé du salon, sans dire un mot. Il se doutait qu'Ann ne le pardonnerait pas aussi facilement. Pourtant, là n'était pas sa principale préoccupation. Il voulait savoir ce qu'elle pensait, où elle en était, pourquoi elle était sortie de ses gongs de la sorte.

- Il faut que tu m'expliques ...
- Il n'y a rien à expliquer.
- Ann ... Tu peux me parler tu sais, lui dit-il avec un sentiment d'impuissance qui se lisait sur son visage.
- Mais y'a rien à dire Jakob. Je sais pas où j'en suis, je sais pas pour qui je suis. Je suis incapable de savoir si je suis amoureuse, si j'ai seulement la capacité d'aimer quelqu'un, alors même que j'ai constamment envie de passer du temps avec Toby. Je partage pas ses opinions, ses envies de se battre contre le mal. Je crois même pas à l'existence du mal. Ce combat, ça me passe pas au-dessus Jakob. Ça me touche de plein fouet et j'y comprend plus rien. Elle était à deux doigts de se mettre à pleurer. J'ai l'impression d'être obligée de choisir un camp et ..
- T'as rien besoin de choisir Anni, lui fit-il en la prenant dans ses bras.

Jakob n'avait pas pour habitude de voir sa sœur dans cet état, perdue, au bord des larmes. Il s'apercevait maintenant qu'elle était son pilier, la femme la plus forte qu'il ait connu. Il savait également que ce moment serait unique, que plus jamais elle ne s'autoriserait de craquer à nouveau. Elle se ferait une raison, ravalerait tout, cacherait ses sentiments, ses questionnements. Il n'aurait plus l'occasion de la consoler parce qu'après les larmes chez Ann venait le mur. Ça avait - du moins - toujours été comme ça. Pourquoi cette fois serait différente ? Il ne savait quoi lui dire, et ne voulait pas profiter de l'occasion pour lui dire ce qu'il en pensait. Alors il se tût et la serra plus fort, tout simplement.
avatar
Ann Czajkowski

Genre : Féminin
Date de naissance : 13 novembre
Age : 38 ans
Métier : Journaliste
Date d'inscription : 21/05/2016
Messages : 86
Couleur : : #006633
Doubles Comptes : Chandler Owen

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t100-ann-czajkowski

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appartement d'Ann Czajkowski

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum