[RP entre Decimus Maleko et Ann Czajkowski]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[RP entre Decimus Maleko et Ann Czajkowski]

Message  Ann Czajkowski le Lun 4 Juil - 19:46

Ann entra dans les Trois Balai d’un pas déterminé, et prit place sans même gratifier d’un sourire courtois les propriétaires et le serveur. Non pas qu’elle ressentit du mépris à leur égard, ils étaient des petites gens ma foi tout ce qu’il y avait de plus banal, mais elle ne se trouvait pas d’humeur à socialiser avec des inconnus, et préférait réserver son seul sourire de la journée à Mr Decimus Maleko.

Comme elle s’y attendait, il était 12h30 passées et le directeur de Poudlard n’était pas encore là. Sa conscience professionnelle l’avait poussée à être en avance sur l’horaire, mais puisqu’elle espérait bien avoir une bonne dizaine de minute devant elle, elle sortit son petit carnet relié pour relire les questions prévues lors de l’interview. Lassée d’avance de la platitude de son interrogatoire, elle se demandait si pour une fois, elle ne pouvait pas un peu s’éloigner du carcan journalistique pour ajouter un peu de frivolité au traditionnel et on-ne-peut-plus ennuyant article de rentrée scolaire. Connaissant Decimus Maleko, ce n’est pas lui qui lui en tiendrait rigueur. Au contraire, elle était même d’avis qu’il serait ravi de pouvoir répondre à d’autres questions que « Quels sont vos effectifs pour cette année ? Des pronostics quant aux cours optionnels qui vont être choisis ? ». Le directeur était un homme excentrique, et même si Ann peinait à se rappeler dans les moindres détails leur dernière rencontre, elle le savait de bonne compagnie. Un homme intéressant et intéressé, qui avait gardé un bon souvenir d’elle à en croire ses dires épistolaires.

Plongée dans ses écrits, elle ne manqua pas d’observer le serveur qui lui tournait autour. Ne prenant même pas la peine de le laisser parler, elle s’exclama à son égard :

- J’attends quelqu’un, pourriez-vous repasser prendre la commande un peu plus tard ? Je vous en remercie.

Son ton condescendant ne laissait place à aucune réponse de la part du pauvre homme, qui rebroussa chemin vers le bar. La journaliste en vint presque à exprimer des regrets quant à son attitude. Il est vrai qu’elle n’avait pas pour habitude de se perdre en amabilités mielleuses, mais un « Bonjour, merci » n’avait jamais tué personne. Elle ne voyait cependant pas l’intérêt de se le reprocher indéfiniment puisqu’elle ne reverrait certainement jamais ce serveur de sa vie, et Decimus n’allait plus tarder à arriver. Lui, elle le savait, parviendrait à lui tirer quelques politesses, et pas seulement parce qu’elle tenait à son interview. Il lui inspirait de la sympathie et rares étaient les personnes dans ce cas de figure.
avatar
Ann Czajkowski

Genre : Féminin
Date de naissance : 13 novembre
Age : 38 ans
Métier : Journaliste
Date d'inscription : 21/05/2016
Messages : 88
Couleur : : #006633
Doubles Comptes : Chandler Owen

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t100-ann-czajkowski

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP entre Decimus Maleko et Ann Czajkowski]

Message  Decimus Maleko le Mar 5 Juil - 12:08


Decimus allait être en retard à son rendez-vous. C'était ce qui arrivait fatalement quand on dirigeait une école aussi grande que celle de Poudlard, que la rentrée venait d'avoir lieu, et qu'il fallait en plus gérer la crise que traversait le monde des sorciers. Car aucun élève n'était épargné, malgré l'ambiance détendue qui semblait régner au château.

Rangeant ses derniers papiers à la hâte, signant encore deux ou trois parchemins de sa plus belle plume avant de les mettre dans la pile destinée à partir au Ministère, le sexagénaire prit une légère pause pour soupirer, se frotter le visage dans les mains, avant que ses yeux n'atterrissent sur l'horloge lui indiquant qu'il était effectivement en retard. Il nettoya et rangea sa plume en vitesse, avant de se lever et de disparaître dans une porte dérobée derrière son bureau, pour rejoindre ses appartements. Il avait accepté avec joie de rencontrer une de ses anciennes élève journaliste, il était hors de question de se présenter à elle dans un état lamentable. Il revêtit donc l'une de ses plus belle robe - sans paraître non plus trop habillé - et se rendit d'un pas vif au village en contrebas.

Comme il l'avait craint, l'heure du rendez-vous convenu était largement dépassée, et il avait fait attendre la demoiselle. En entrant dans la taverne, il avait salué tout le monde, gratifiant chacun d'un sourire amical, avant de se présenter à côté de la chaise située en face d'Ann Czajkowski, posant sa main sur le haut du dossier.

- Pardonnez-moi, je suis en retard, dit il en présentant l'autre main pour être serrée. Puis-je ?

Il tira enfin la chaise et s'assit en face de son ancienne élève, souriant fièrement en contemplant la jeune femme qu'elle était devenue.

- Alors, dites moi, ma chère Mademoiselle Czajkowski, que puis-je faire pour vous ? Je ne suis pas certain d'avoir de quoi vous procurer le moindre scoop, mais il est tout naturel d'écrire sur les nouvelles de l'école dès ce début du mois de septembre. Avez-vous déjà commandé ?

avatar
Decimus Maleko

Surnom : Dec
Genre : Masculin
Date de naissance : 18 mai
Age : la soixantaine
Métier : Directeur de Poudlard
Date d'inscription : 13/05/2016
Messages : 26
Couleur : : #000066
Doubles Comptes : Compte Admin
Denzil Rowntree

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t27-decimus-maleko-direct

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP entre Decimus Maleko et Ann Czajkowski]

Message  Ann Czajkowski le Jeu 7 Juil - 22:32

Decimus Maleko arriva enfin sur le lieu du rendez-vous, avec une expression et une entrée en matière qui l'excusait de tout retard. Non seulement il était un homme très occupé, mais en plus il avait cet art de se montrer poli et courtois de façon à ce que la seule réponse envisageable soit "Mon cher Decimus, vous êtes tout pardonné". Ann lui serra la main en souriant, d'une poigne douce mais déterminée. Une main de fer dans un gant de velours en somme. Elle était ravie que son ancien directeur se souvienne d'elle aussi bien. Et pourtant, elle n'aurait pas accepté ce genre de familiarité de la part de tout le monde. Seulement chez cet homme, tout paraissait si naturel qu'elle ne voyait aucun inconvénient à ce qu'il l'appelle "ma chère Mademoiselle Czajkowski".

- Non, je vous attendais pour commander, dit-elle en faisant signe au serveur de revenir.

Le brave homme semblait tout surpris de la voir soudainement devenue si aimable. Un petit sourire aux lèvres avait métamorphosé son visage d'habitude si fermé.

- Je prendrais votre plat du jour, sans les oignons dans la poêlée de légumes s'il vous plait. Et un verre de vin rouge, mettez moi celui que vous jugerez le plus accordé à la viande, je fais confiance à vos compétences œnologiques.


Laissant à M. Maleko le temps de choisir son plat à son tour, elle finit tout de même par répondre à sa première question.

- A vrai dire je ne suis pas à la recherche d'un scoop à proprement parler. Pour être franche, la rentrée scolaire est une source intarissable d'articles qui se ressemblent tous. Vous avez dû le constater par vous même : les effectifs, les nouveaux professeurs, la répartition, les options, c'est toujours le même discours. J'ai bien sûr besoin de ces informations pour faire la base de mon article, mais je souhaitais cette année quelque chose plus frivole, de plus exceptionnel. J'aimerais parler des élèves, de leur personnalité et surtout de leur parenté. J'ai cru comprendre que vous accueillez cette année quelques célébrités, si j'ose dire.

Elle prit une légère pause et but une gorgée du vin que le serveur venait d'amener. Il était exécrable. Elle avait de toute façon toujours préféré le vin blanc, légèrement sec, à l'arrière-goût fruité. Mais la viande rouge s'accordait mieux au vin rouge paraît-il. Celui-ci avait le goût du vinaigre et la texture d'urine de centaure. S'abstenant de grimacer après avoir avalé cette substance étrange, elle reprit son discours.

- J'ai notamment pu parler au jeune MacLeod, un héritier de la famille Finley. Shaba H. Erikson a également une tradition familiale assez particulière. Vous pensez vraiment que ces enfants ont une chance de se détacher de leur éducation pour le moins conservatrice en entrant à Poudlard ? Ou bien ne perpètrent-ils pas ce qu'ils ont appris dans la sphère privée ?

Finalement sa question se résumait à "croyez-vous en l'évolution sociale grâce à l'éducation dispensée à Poudlard ?". Vaste débat, mais elle avait confiance dans les capacités de Decimus à répondre avec justesse et intelligence.
avatar
Ann Czajkowski

Genre : Féminin
Date de naissance : 13 novembre
Age : 38 ans
Métier : Journaliste
Date d'inscription : 21/05/2016
Messages : 88
Couleur : : #006633
Doubles Comptes : Chandler Owen

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t100-ann-czajkowski

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP entre Decimus Maleko et Ann Czajkowski]

Message  Decimus Maleko le Ven 8 Juil - 13:44


Après les salutations d'usage et avoir passé commande pour le déjeuner, la journaliste entra dans le vif du sujet. L'écoutant avec attention, l'invité avait le sourire discret et les yeux pétillants de fierté. Decimus Maleko n'oubliait jamais un ancien élève, et il aimait penser que lorsqu'ils réussissaient dans la vie, il y avait joué un rôle. Ce n'était pas forcément le cas, mais cela permettait à sa balance morale de ne pas trop peser du côté de ceux qui n'avaient pas cette chance, et dont il se sentait indéniablement responsable. Comme le frère de la jeune femme en face de laquelle il se trouvait, par exemple. Mais il n'en dirait pas un mot, ce n'était pas l'objet de leur rendez-vous, et pire encore, cela relevait presque de l'indiscrétion. Ce qui était peut-être également le cas des questions d'Ann Czajkowski au sujet de deux élèves cités en particulier, mais Poudlard appartenait à tous les sorciers du Royaume-Uni et d'Irlande, il était tout naturel de connaître le nom des anciens, nouveaux et futurs élèves, surtout ceux dont les familles étaient connues. Le directeur aurait cependant préféré l'évocation d'un meilleur exemple que le premier, une lueur d'air grave passant furtivement sur son visage avant de disparaître presque instantanément, au moment où les plats étaient servis. Il remercia le serveur et retourna son attention vers son interlocutrice.

- Oh, vous avez rencontré l'aîné des MacLeod ? C'est un garçon charmant, et un élève curieux, bien que... particulier, dirons-nous. Vous n'êtes certainement pas sans savoir, pour son père. Évidemment, peu de familles sont épargnées par ces idéologies nouvelles et les forces de convictions qui les accompagne. Je ne crois pas que vous intéresser à lui puisse donner grand chose, malheureusement. J'espère que vous me comprenez, c'est arrivé quelques jours seulement avant sa première rentrée à Poudlard, et je pense que cela a beaucoup pesé dans sa façon de mener sa scolarité. Il est assez difficile à cerner, je dois dire. Il se cache derrière une attitude désinvolte, mais je suis sûr qu'il est bien plus touché par cette histoire et bien plus concerné par les études que ce qu'il veut bien laisser croire.

Decimus marqua une pause, durant laquelle il prit une gorgée de vin, avant de reprendre son argumentation.

- Cela dit, il est peut-être un bon exemple concernant ce que vous disiez à propos d'une certaine émancipation par rapport à l'éducation reçue à la maison. Je ne parlerais pas d'évolution sociale le concernant, son père avait un poste bien placé dont il se contentait, mais vous connaissez bien les Finley. Je ne connais pas leurs convictions dans les conflits actuels, je sais simplement à quel point ils sont affectés par la disparition de James MacLeod. Vous savez comme moi qu'ils ont une influence certaine au Ministère, et il y a des chances que les trois enfants suivent leurs traces, du moins si cela les intéresse. Je n'en suis pas vraiment sûr au sujet de Leo, il est très indépendant. Comme vous pouvez le deviner, ils reçoivent une éducation stricte et traditionnelle, et de ce point de vue, je crois que Poudlard joue son rôle avec ce garçon, lui permettant de se libérer un peu sans pour autant pouvoir dépasser les limites. Évidemment, nous avons tous été adolescents, et certains élèves sont plus... capables que d'autres en matière de règlements. Si je ne me fais pas vraiment de souci concernant l'avenir de ce jeune homme, il n'a certainement pas l'étoffe d'un préfet, si je puis dire.

Le directeur accompagna sa dernière phrase d'un sourire, continuant de manger tranquillement, avant d'aborder le deuxième sujet évoqué.

- En ce qui concerne Shaba Erikson, je dois vous avouer que j'ai été plutôt surpris de sa répartition. Je m'attendais bien plus à voir la maison Serdaigle accueillir cet.te élève. Mais visiblement, Serpentard lui convient à merveille. J'ai décidé l'année dernière de lui décerner le badge de préfet.e car iel est très impliqué.e avec les plus jeunes élèves et ses résultats scolaires frôlent l'excellence. Si je ne doute pas une seule seconde que vous ayez fait des recherches concernant sa famille, ce ne sont pas des choses qui se savent au sein de l'école. Enfin, la maison de Salazar a tout de même beaucoup évoluée, cela fait plusieurs siècles que les élèves de sang-mêlés y sont accueillis à bras ouverts. J'ai bien peur que tous les conflits extérieurs ne se mettent bientôt à exacerber les rivalités entre les maisons. Il y en a toujours plus ou moins, c'est certain, mais je crois que les vieilles rivalités entre les verts et les rouges n'éclatent de nouveau. Cela aura certainement pour effets d'isoler les Poufsouffle d'un côté qui tenteront de faire profil bas, et de l'autre, vous connaissez les Serdaigle, ils se désintéresseront de ces histoires et ne s'individualiseront que plus encore. Hélas, tous ces différends ne feront que montrer les défauts plus que les qualités que nous cherchons à mettre en valeur au sein des maisons. La solidarité des Serpentard n'est plus à prouver, mais nous risquons de ne voir plus que des manipulations à des fins pas forcément louables, au nom de cette solidarité entre eux. Et je ne vous parle même pas des Gryffondor si têtus que leur tolérance ne se limitera plus qu'à leur propre ligne de conduite, la patience des Poufsouffle sera soumise à rude épreuve et ils risqueront de s'en retrouver effacés. Quant aux Serdaigle, leur sagesse pourrait les mener tout droit à une indifférence sordide liée à la lassante récurrence de ces conflits idéologiques.

Marquant de nouveau une pause afin de laisser le temps à la journaliste de digérer ses paroles et de prendre des notes tout en leur permettant à eux deux d'avancer dans leur repas, Maleko termina son verre avant de continuer :

- Je pense qu'il s'agit plus d'une perpétuation des valeurs de Poudlard, séparées en quatre maisons aux vertus toutes très estimables et soutenues par l'école toute entière, que d'une tradition uniquement familiale. Certes, l'éducation reçue à la maison joue un rôle extrêmement important, mais cette éducation est relativement souvent en rapport avec la maison dans laquelle les membres de la famille sont accueillis. Ce n'est évidemment pas toujours le cas, mais vous savez comme moi que les fratries se retrouvent souvent dans la même maison que leurs parents, qui eux-mêmes ont rarement dérogé à ce qui semble être une règle. La sphère privée n'est donc pas toujours différente de celle de Poudlard. L'école est là pour apprendre à nos enfants à évoluer, à faire le tri entre leurs bagages personnels et ceux qu'on leur apporte ici. L'avenir est avant tout fait de passé et de présent, et c'est à eux que revient le choix dans la manière de les concilier. C'est donc notre devoir de les guider, et non de les obliger, dans cette voie. Certains écouteront, et avec d'autres, il faut leur proposer d'aller dans une direction pour espérer les voir prendre l'autre chemin. L'adolescence est une guerre constante, ce n'est déjà pas facile en temps de paix. Poudlard est un lieu d'accueil pour tous les jeunes sorciers, et avant tout un lieu sûr. Leur sécurité est d'autant plus importante que leurs fragilités respectives sont toutes à fleur de peau, dans ces âges obscurs et cette sombre période.

Il sourit avant de conclure pour laisser place aux questions qu'il aura soulevé dans la tête de son interlocutrice :

- Certains choisissent de s'engager dans les conflits actuels, en tant qu'auror, mangemort, phénix ou que sais-je d'autre. Quant à moi, j'ai fait le choix de l'adolescence. Une guerre bien plus difficile à gérer, si vous voulez mon avis.

Il leva son verre en direction d'Ann, et le but avec un sourire amusé se lisant dans ses yeux.

avatar
Decimus Maleko

Surnom : Dec
Genre : Masculin
Date de naissance : 18 mai
Age : la soixantaine
Métier : Directeur de Poudlard
Date d'inscription : 13/05/2016
Messages : 26
Couleur : : #000066
Doubles Comptes : Compte Admin
Denzil Rowntree

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t27-decimus-maleko-direct

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP entre Decimus Maleko et Ann Czajkowski]

Message  Ann Czajkowski le Sam 9 Juil - 21:41

Ann écoutait avec attention les propos du directeur, et répondit à son sourire amusé. En bonne professionnelle qu'elle était, elle notifiait sur son carnet tout ce qui avait de l'intérêt pour son article. A peu près tout ce que Decimus disait, donc. Elle avait vu juste : il avait su répondre à ses interrogations avec finesse et détails, tout en soulevant d'autres questions plus intéressantes encore. Elle prit cependant le temps de réfléchir à ce qu'elle allait demander par la suite, craignant que cela ne dépassât la préoccupation journalistique, au profit d'une curiosité personnelle. Elle tenta donc de focaliser son attention sur les seuls aspects qu'elle citerai dans son papier. L'aspect people, célébrités et élèves au nom connu plairait au lectorat de la gazette, mais Ann n'avait en réalité pas vraiment envie de disserter sur ce sujet. Elle n'était pas une journaliste de magazine, et même si son supérieur hiérarchique lui avait expressément demandé d'écrire quelque chose de vendeur, les questions d'émancipation de l'enfant par rapport à la sphère familiale, ou des relations conflictuelles avec l'adolescence étaient autrement plus captivantes.

- Tout cela est fort intéressant Monsieur Maleko. Je me pose cependant deux questions principales : en tant que directeur, croyez-vous sincèrement que ces conflits idéologiques entre maisons que vous évoquez n'aient pas en réalité toujours existé ? La situation extérieure à l'école peut certes les exacerber, mais les maisons n'ont-elles pas toujours été le reflet de l'éducation familiale, de manière presque stéréotypée ?

Tout se dessinait de plus en plus clairement à présent. La rentrée scolaire ne serait qu'une accroche, un prétexte à son article. Ann allait en réalité écrire sur un sujet qui lui tenait bien plus à cœur. La vérité sur les maisons de Poudlard. Mêlant influence familiale, héritage social, libre arbitre de l'élève, que valent vraiment les quatre maisons ? Elle voyait déjà le gros titre de son papier, les mécanismes philosophiques et sociologiques qu'elle allait s'astreindre à expliquer, les questions et les contestations qu'il soulèverait. Oh oui elle voyait déjà son article en Une, et le visage décomposé de certaines grandes familles de sorciers, qui se reconnaîtront dans ce que dénonceront subtilement ses lignes.

- Vous devez bien admettre que dans les esprits torturés des enfants de 11 ans, en proie à cette guerre qu'est l'adolescence, il est extrêmement difficile de faire un choix de répartition qui déterminera, si ce n'est toute leur vie, beaucoup de choses pour leur avenir. C'est pourquoi le Choixpeau choisit pour eux, mais quels sont les critères ? Pour combien compte l'héritage familial ? Cinquante pour cents, soixante ? Les élèves sont-ils condamnés entre répéter le schéma familial, pour le meilleur et pour le pire ou s'efforcer vainement de s'en détacher ?

Les deux questions s'étaient transformées en véritable interrogatoire, mais tout tournait en réalité autour du même thème. Toute cette discussion n'avait rien d'une accusation envers le directeur, même si la multitude de questions posées à la suite pouvait le laisser supposer. Ann savait que Decimus Maleko ne le considérerai pas de la sorte. Elle souhaitait éveiller en lui des petits déclics, des réflexions qu'il s'était probablement déjà faites et qu'il fallait faire revenir à la surface. Elle voulait qu'il l'éclaire.
avatar
Ann Czajkowski

Genre : Féminin
Date de naissance : 13 novembre
Age : 38 ans
Métier : Journaliste
Date d'inscription : 21/05/2016
Messages : 88
Couleur : : #006633
Doubles Comptes : Chandler Owen

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t100-ann-czajkowski

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP entre Decimus Maleko et Ann Czajkowski]

Message  Decimus Maleko le Dim 10 Juil - 16:01


Prenant le temps de savourer son repas tout en écoutant attentivement les réponses et nouvelles interrogations de Mademoiselle Czajkowski, le directeur de l'école voisine continuait de sourire face aux réactions qu'il suscitait. Il n'avait pas peur de faire les gros titres : tout le monde connaissait Poudlard, son fonctionnement, et les positions de Decimus Maleko. Il avait d'ailleurs été promu à ce poste sans avoir été professeur auparavant, en raison d'une certaine neutralité dans ses analyses des conflits qui secouaient la communauté sorcière depuis longtemps.

- Vous connaissez les maisons de Poudlard et la Cérémonie de Répartition tout comme moi, ma chère amie. Je ne connais pas plus le fonctionnement du Choixpeau que vous-même, nous ne l'avons tous eu qu'une seule fois sur la tête dans un moment où nous avions d'autres choses à penser que la façon dont il choisit les maisons pour les élèves. À vrai dire, je ne suis pas certain que les fondateurs eux-mêmes aient une idée de la manœuvre dans toute son ampleur.

Un sourire plaisant et amical, suivi d'une bouchée de pommes de terre, Decimus but quelques gorgées avant de reprendre.

- Je crois que les seuls élèves à être répartis de façon totalement neutre sont les nés-moldus n'ayant pas eu la curiosité de se renseigner sur l'école et le monde de la sorcellerie avant d'y mettre les pieds. Autrement dit, personne ! Chacun a sa préférence, soit par réflexion personnelle, soit, comme vous le disiez, par tradition familiale. Vous savez comme moi que le Choixpeau tient compte de l'avis personnel de chacun. Aussi loyal ou travailleur puisse être un élève, si la tradition familiale veut qu'il devienne Gryffondor et qu'il veut également en faire partie, c'est là qu'il sera. Chacune des grandes qualités cités par les illustres Godric, Helga, Rowena et Salazar, se retrouve en chacun de nous. N'êtes-vous donc pas courageuse, ma chère Ann ? Travailleuse ? Ambitieuse ? Évidemment que vous êtes tout ça à la fois, c'est même votre métier. Auriez-vous été journaliste et en face de moi aujourd'hui si vous aviez fait vos études dans une autre maison, comme Serpentard par exemple ? Sans doute. Les maisons ont une influence certaine, on ne peut pas le nier. Mais lorsqu'un jeune sorcier obtient ses ASPIC il gagne aussi en maturité et sait, du moins on l'espère et on y travaille, faire preuve de discernement.

Il se racla la gorge, se servit d'eau pour se réhydrater, et continua sur l'éternel conflit entre les maisons.

- Les tensions entre les Maisons existent évidemment depuis toujours, et même déjà au temps des fondateurs. À l'époque - pouvons-nous vraiment le leur reprocher ? - ils pensaient que l'esprit de compétition donnerait aux élèves plus de soif d'apprentissage et leur permettrait de se découvrir des talents cachés. Hélas, nous connaissons tous la suite. Mais Serpentard et Gryffondor ne sont pas les seules maisons à entrer en conflits selon les différentes périodes. Il arrive régulièrement que deux maisons soient plus en affrontement que d'autres, et comme disent les moldus "la roue tourne" ! Je trouve que ces luttes portent plus de préjudices aux maisons concernées que l'inverse. Elles mettent en exergue bien plus leurs défauts que leurs qualités. Et il en va de la fierté, souvent déplacée, de chacun. En cela, oui, on peut parler de stéréotype. Mais vous savez comme moi qu'il faut se méfier de ces clichés. La magie dite "noire" est pratiquée dans des familles issues de toutes les maisons. Il existe bien des Serpentard du genre modeste, des Poufsouffle sont comptés dans les membres de l'organisation des Ténèbres, certains Gryffondor défendent les valeurs puristes, et les Serdaigle peuvent faire preuve d'un manque de sagesse ahurissant. Faire ses études dans l'une ou l'autre des maisons ne détermine en rien les positions que nous prendront plus tard, du moins pas plus que la famille. Je ne crois pas que l'un soit dissociable de l'autre. Il s'agit dans tous les cas de tradition. Nous recevons l'héritage de nos parents comme celui de nos fondateurs. Mais grandir c'est avant tout savoir faire la part des choses.

Le directeur marqua de nouveau une pause, pour se restaurer, se rafraîchir, et laisser au temps à la journaliste de prendre ses notes.

- Vous semblez cependant oublier que chez certaines familles, il n'y a pas de tradition en matière de maison. Cela arrive, et ce n'est pas si rare. Comprenez bien : vos premiers amis sorciers, à moins que vous ne grandissiez à Godric's Hollow ou à Pré-au-Lard, ou encore où sais-je d'autre, vous vous les faites à l'école. Il est normal de nouer des liens plus particuliers avec ceux de votre maison. Nombreux sont ceux qui épousent un ancien ou une ancienne camarade de classe, avec qui ils ont partagés beaucoup de choses dans une Salle Commune. C'est comme cela que naît la tradition familiale, si je puis dire. Mais après Poudlard, nous travaillions et faisons d'autres rencontres, et rien ne nous empêche alors de fonder une famille avec une personne qui n'ait pas été dans la même maison que nous, voir n'ait même pas fait ses études à Poudlard. Quelle tradition familiale existe-t-il dans ces cas-là ? Les valeurs que nous transmettons à nos enfants ne sont pas forcément liées à une maison en particulier. On retrouve des caractères très disparates parmi les élèves de chaque maison, tout comme cela se retrouve dans les fratries, et c'est bien normal. Le rôle de l'école n'est pas d'émanciper les enfants de leur famille. Il est de leur montrer le monde, et d'essayer de les guider vers le meilleur moyen pour eux de l'affronter. Une fois les ASPIC obtenues, chacun retourne chez soi, nous ne pouvons décemment pas prendre partie si nous jugeons ou préjugeons de "mauvais" les agissements ou les engagements des parents. La famille, Mademoiselle Czajkowski, quoi qu'on en dise, on peut toujours compter sur elle. Les maisons de Poudlard ne sont qu'un substitut, pour le temps des études. Évidemment, même après tout ce temps, je suis toujours et resterai un ancien Serdaigle, tout comme je présume que vous aussi. Il est normal d'être fier de sa maison. Mais ce n'est pas quelque chose que l'on précise sur un Curriculum Vitae. Leurs valeurs sont égales. Quant à leur influence réelle sur notre avenir, je n'en suis pas encore tout à fait convaincu. Dans les détails, l'ascendant est indéniable. Nous n'avons pas les mêmes amis ou relations, nous ne ferons sans doute pas les mêmes rencontres. Mais dans les grandes lignes, avoir fait ses études dans l'une ou l'autre des maisons n'est pas de grande importance. Chacun reçoit le même enseignement à Poudlard. Il est de ce fait forcément plus facile de se détacher de sa maison que de sa famille. Je ne serai pourtant pas aussi catégorique que vous, personne n'est "condamné" à suivre les pas de ses parents. Mais comme on dit familièrement, les sombrals ne font pas les licornes.

Laissant de nouveau le temps à son interlocutrice de digérer les paroles autant que les plats, l'irlandais termina le sien avant de mettre ses couverts sur le côté et de repousser son assiette : il avait terminé. Il sourit d'un air bienveillant à son ancienne élève, et conclut sur un ton énigmatique :

- L'éducation est une chose bien étrange... Les enfants sont capables de faits qui le sont encore plus. On leur reproche souvent de ne pas encore connaître le monde, mais ils en comprennent bien plus que ce qu'on leur accorderait. Je ne puis évidemment pas vous proposer d'entrevue avec eux sans l'accord de leurs familles, et je doute qu'elles soient nombreuses à autoriser une telle chose. Mais vous seriez surprise, ils sont tous bien plus malins qu'ils ne veulent bien le laisser croire.

Jetant un coup d’œil à sa montre, le directeur se rendit compte que contrairement à ce qu'il pensait, il avait encore un peu de temps devant lui. Pas autant qu'il ne l'aurait voulu, mais assez pour ne pas en rester là. Il se redressa avec un sourire satisfait.

- Prendrez-vous un dessert ? Il me reste plus de temps que je n'imaginais.

avatar
Decimus Maleko

Surnom : Dec
Genre : Masculin
Date de naissance : 18 mai
Age : la soixantaine
Métier : Directeur de Poudlard
Date d'inscription : 13/05/2016
Messages : 26
Couleur : : #000066
Doubles Comptes : Compte Admin
Denzil Rowntree

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t27-decimus-maleko-direct

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP entre Decimus Maleko et Ann Czajkowski]

Message  Ann Czajkowski le Sam 23 Juil - 16:56

Ann n'avait pas perdu un mot du discours de son ancien directeur. Il avait l'art de retenir l'attention même lorsque ce qu'il disait n'avait pas grand intérêt. Alors imaginez toute l'aura qu'il pouvait avoir quand il parlait d'un sujet hautement fascinant. La seule question qui restait en suspens par rapport à l'article de la journaliste était de savoir si le directeur du Hibou voyageur la laisserait publier un tel papier ? Bien loin de la traditionnelle objectivité, de la distance professionnelle, Ann avait dans l'idée un réel manifeste, quelque chose qui soulèverait des questionnements après sa publication. Elle n'était pas spécialement pour le désordre public, mais elle voulait que les gens s'aperçoivent des illusions qu'ils peuvent parfois tenir pour vraies. Non Poudlard n'est pas parfaite, oui les enfants vous devriez parfois prendre du recul par rapport à vos parents, tout en considérant l'éducation qu'ils vous ont donné avec reconnaissance, non la répartition entre les maisons n'est pas idéales non plus, mais elle s'efforce de faire au mieux. Comme nous tous en somme. Par ces temps troublés, ce genre d'article ferait réfléchir le peuple à autre chose qu'aux Forces ou à l'Armée.

- Non je vous remercie, mais ne vous privez pas pour moi, dit-elle en refusant aimablement une note sucrée.

Anticipant le regard de Decimus Maleko, elle s'empressa cependant de finir jusqu'à la dernière miette son plat qui attendait encore dans son assiette. Elle ne voulait pas l'inquiéter sans raison, lui qui avait connu mieux que personne sa période de malnutrition. La jeune femme n'avait pas retrouvé ses vieux démons et s'alimentait désormais correctement, pas question qu'il en doute. Elle le savait concerné par l'avenir, aussi bien professionnel que physiologique, de ses anciens élèves, et n'aimait pas beaucoup qu'on s'apitoie sur son sort en lui rappelant à quel point l'anorexie peut être dangereuse. Ces discours, milles fois prononcés par son frère jumeau, elle les connaissait par cœur et les avait intégrés depuis bien longtemps.

Elle rangea dans son sac de cuir son carnet et sa plume, signifiant à son interlocuteur que la suite de la conversation relèverait d'un entretien privé et non plus de l'interview. Decimus l'impressionnait sincèrement, et cette discussion le lui avait encore prouvé. C'est pourquoi elle souhaitait sortir un peu du cadre de l'article pour le mener vers un sujet qui lui courrait l'esprit depuis quelques temps. Un sujet sensible, qu'elle n'avait abordé jusqu'alors qu'avec Jakob.

- Pardonnez-moi de changer de sujet un peu brusquement peut-être, mais je me pose des questions depuis un certain temps. Je sais que vous dédiez votre vie à l'éducation de ces enfants, à Poudlard, et c'est tout à votre honneur. Mais vous devez tout de même avoir votre avis sur les conflits qui agitent notre société. En tant que directeur je comprend parfaitement que vous restiez neutre, et que votre but soit de protéger vos élèves. Mais j'ai rangé mon carnet, et tout comme vous ne parlez plus à la journaliste j'aimerais ne plus parler au directeur de l'école. Je souhaiterais que l'on parle d'adulte à adulte. Je suis quelqu'un de franc et croyez-moi je n'ai pas eu cette discussion avec beaucoup de monde, mais votre avis m'intéresse.

Elle tentait de paraître simple, de ne pas montrer que la question l'avait grandement troublée depuis qu'elle se la posait. La fameuse question du bien et du mal. Elle se rappelait ce soir où elle l'avait évoquée avec Jakob. Lui revenait en mémoire son absence de réponse réconfortante. C'était tout Jakob ... Mais était-ce vraiment cela qu'elle voulait ? Une réponse réconfortante ? Ou une réponse juste, une réponse éclairée ? Car c'était cette dernière qu'elle attendait de Decimus et elle n'aurait peut-être rien de réconfortant.
avatar
Ann Czajkowski

Genre : Féminin
Date de naissance : 13 novembre
Age : 38 ans
Métier : Journaliste
Date d'inscription : 21/05/2016
Messages : 88
Couleur : : #006633
Doubles Comptes : Chandler Owen

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t100-ann-czajkowski

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP entre Decimus Maleko et Ann Czajkowski]

Message  Decimus Maleko le Dim 28 Aoû - 23:26


Gourmand qu'il était, le directeur de l'école commanda finalement un léger dessert. Il avait déjà bien mangé et son estomac ne pouvait (presque) plus rien contenir, mais il ne pouvait terminer un repas sans une touche sucrée. La journaliste qui l'accompagnait rangeait tranquillement ses affaires en attendant que Decimus Maleko obtienne sa petite douceur, afin de prolonger leur rencontre de façon plus personnelle. Entamant son pudding au caramel, l'irlandais soupira aimablement avant de sourire, un peu amer, à son ancienne élève.

- Hélas, je ne suis pas sûr d'avoir un avis bien déterminé comme certains. En plus de m'imposer la neutralité, ma fonction me pousse également à observer que le statut de sang importe peu quant à la réussite ou aux capacités magiques des uns et des autres. Je ne peux donc en aucun cas soutenir cette organisation dont les membres se font appeler Mangemorts. Mais dans un même temps, je ne peux m'empêcher de voir le rejet ou la stigmatisation dont certains élèves sont victimes. En cas d'ennuis, un né-moldu obtiendra toujours plus de soutien qu'un sang-pur... excepté si ce dernier appartient aux maisons Poufsouffle ou Serpentard, qui sont toujours celles qui font preuve d'une plus grande solidarité. Mais je ne peux tolérer que quiconque soit mis à l'écart pour quelconque raison que ce soit.

Soupirant pour reprendre le cours de ses pensées et s'apprêter à avouer ses faiblesses, l'homme grisonnant mit de côté son assiette terminée et joignit ses mains à hauteur de son torse.

- Pour ce qui est de ce qu'il se passe en dehors de l'école, et bien... Je dois vous admettre que je suis inquiet. Tous ces silences et ces non-dits... Le Ministère se donne l'air d'agir - ce qu'il fait certainement, d'ailleurs, j'ai confiance en notre cher Rowntree. Ce qui m'inquiète le plus, c'est que malgré tout cela... soyons honnête, plus personne ne se sent en sécurité de nos jours. Sincèrement, ma chère amie, quelle est la dernière personne à part moi qui ait accepté de déjeuner avec vous ? Qui plus est, dans un lieu public ? Je suppose que c'est déjà bien si vous arrivez à vous en souvenir, cela voudrait dire que ça ne remonte pas à si loin.

Après avoir semblé éteints, les yeux du directeur se mirent à étinceler légèrement quand il évoqua quelques souvenirs.

- J'ai eu l'habitude de rencontrer des parents au cours de déjeuners ou de dîners dans les auberges du coin, lorsqu'ils voulaient me rencontrer sans que leurs enfants ne le sachent et donc sans risquer de les croiser à l'école... Ce n'est plus arrivé depuis une éternité, conclut-il sur un ton maussade. Il se redressa presque aussitôt, affichant un sourire presque paternel. Et vous, ma chère, vous ne vous sentez pas trop submergée ou envahie par toutes ces idéologies ? À défaut d'être nouvelles, elles ont désormais toutes retrouvées paroles, et dans votre métier, on se doit de savoir écouter toutes les parties, même si on n'y adhère pas. Il faut parfois faire preuve d'une grande force spirituelle pour ne pas succomber aux dires des uns ou des autres. Comment tenez-vous le coup, Ann ?

Le ton de Decimus était volontairement très doux. Il ne voulait pas brusquer la jeune femme : il la savait parfois un peu trop introvertie, et il ne voulait ni la juger, ni en faire son ennemie. Elle n'était pas du genre à dévoiler ses sentiments ou ses opinions personnelles, mais le directeur savait par expérience qu'il fallait parfois aider les gens à vider leur chaudron afin de laisser place à des sentiments plus frais et des réflexions plus sages. S'il n'était pas son rôle de l'influencer, il se devait au moins lui donner l'occasion de pouvoir clarifier les choses qu'elle avait en tête, et ainsi lui offrir l'opportunité de faire des choix plus sains et plus en accord avec elle-même.

Finalement, même plusieurs années après la fin de leurs études, un élève restait toujours un élève pour son directeur.

avatar
Decimus Maleko

Surnom : Dec
Genre : Masculin
Date de naissance : 18 mai
Age : la soixantaine
Métier : Directeur de Poudlard
Date d'inscription : 13/05/2016
Messages : 26
Couleur : : #000066
Doubles Comptes : Compte Admin
Denzil Rowntree

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t27-decimus-maleko-direct

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP entre Decimus Maleko et Ann Czajkowski]

Message  Ann Czajkowski le Dim 2 Oct - 15:17

Ann écoutait attentivement, mais elle ne put retenir un petit rictus au nom de Rowntree. S'il y a bien une chose dont elle était certaine, c'est qu'elle ne partageait pas l'avis du directeur sur leur ministre. Non seulement elle ne lui faisait pas confiance, mais il lui inspirait un certain mépris, une sorte de dégoût. Le problème était qu'elle ne savait pas encore justifier cette sensation qu'elle avait à son égard, et ne voulait pas passer pour quelqu'un qui ne savait pas justifier ses positions face à Decimus Maleko. Tout cela relevait encore bien plus du ressenti que du rationnel, et elle voulait attendre d'en savoir plus sur ce fameux Rowntree avant de commencer à déblatérer à son sujet.

Assez contente que M. Maleko dérive de lui-même dans son discours, elle lui répondit sans détour :

- Pour tout vous dire, je sens plutôt détachée de tout cela. Ni submergée ni envahie. Chaque jour une nouvelle m'arrive, je la couche sur le papier, mais c'est ma plume qui parle, et non mon cœur. Je suis indécise c'est vrai, et je vous ai posé la question justement parce que je m'inquiète de mon propre détachement vis-à-vis d'une situation telle que celle-ci.

Ann hésita un instant. Elle considérait pouvoir avoir confiance en Decimus, mais voilà quelques temps qu'ils ne s'étaient pas vus, et elle n'avait pas l'habitude de confier ses pensées de la sorte. Il n'était ni son psychologue ni son aide spirituelle - si tant est qu'elle en ait seulement besoin. Mais elle le savait suffisamment sage et instruit pour garder leur conversation confidentielle, et pour l'aiguiller peut-être un peu dans ce contexte tourmenté. Elle continua donc :

- Je ne crois pas à la distinction fondamentale entre le bien et le mal. C'est de là, je pense, que viennent mon scepticisme et mon indécision. On ne peut pas nier les faits : il y a eu des crimes, et la sécurité n'est plus assurée. Mais vous ne me ferez pas non plus croire que tous les meurtres sont perpétrés par l'Armée. Leurs opposants se vengent et pas moins violemment. L'Ordre n'est pas l'incarnation de la sainteté sur Terre. Elle paraissait plutôt sûre d'elle. On ne nous dit pas tout, et même pour ceux, comme moi, dont le travail est de questionner et d'enquêter, beaucoup de choses nous sont cachées.

Inconsciemment, elle avait baissé la voix. Non pas qu'elle se sente observée ou écoutée dans la taverne, mais elle savait que les murs avaient des oreilles. Ni son métier ni celui de Decimus Maleko ne leur permettait de crier leur avis sur tous les toits. Pour son patron qui ne voulait pas d'article trop engagé, elle n'osait même pas imaginer sa tête s'il venait à apprendre que la journaliste se mettait à prendre partie en parlant politique autour d'un repas. En l’occurrence, elle ne prenait pas partie, mais tout de même ...
avatar
Ann Czajkowski

Genre : Féminin
Date de naissance : 13 novembre
Age : 38 ans
Métier : Journaliste
Date d'inscription : 21/05/2016
Messages : 88
Couleur : : #006633
Doubles Comptes : Chandler Owen

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t100-ann-czajkowski

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP entre Decimus Maleko et Ann Czajkowski]

Message  Decimus Maleko le Jeu 22 Déc - 0:59


Avec un sourire timidement apparent sur les lèvres, Decimus écoutait sa partenaire avec une certaine tendresse paternelle. Il ne put s'empêcher de noter la différence de ton dans sa voix, ce qui confirmait ce qu'il disait plus tôt : les gens n'osaient plus. Que ce soit pour s'exprimer ou simplement être vus en certaine compagnie, toute cette culture du secret était là, selon le Directeur de Poudlard, le plus inquiétant.

- Ce que vous dites est on ne peut plus juste, ma chère. Le bien et le mal sont des notions ancestrales, et bien qu'elles évoluent au fil du temps, elles restent néanmoins extrêmement réductrices de la vérité. Vous évoquiez les cadavres, mais qu'en est-il des autres ? Je crois que vous connaissiez James MacLeod, n'est-ce pas ? Pas à proprement parler, évidemment, il est plus âgé que vous. Mais vous avez partagé la même Salle Commune durant deux ans, si je ne me trompe. Si certains accusent les Mangemorts d'être à l'origine de cette disparition, les autres pensent qu'il en est un et qu'il agit dans l'ombre. Qui sait à l'heure actuelle de quel côté il se trouve, si tant est qu'il soit encore en vie...? Je pense que la plupart des gens ne se trouvent ni d'un côté ni de l'autre. Quant aux cadavres... sont-ils réellement l'acte de meurtriers ? À trop lancer de maléfices, on en reçoit. Il est souvent difficile de discerner le résultat d'une légitime défense de celui d'un homicide. Votre détachement n'a rien d'inquiétant, ma chère Ann. Ne voyez-vous rien venir ? Nous ne savons même plus à qui nous fier. Les deux camps utilisent leurs magies à des fins défensives, même les Sortilèges Impardonnables. Ce sont les gens qui refusent de prendre partie qui se retrouvent les premiers touchés par ces tirs croisés. Et quand bien même vous seriez témoin d'une attaque... Comment être sûr qu'il ne s'agisse pas d'un sorcier déguisé sous les traits d'un autre grâce au Polynectar ? Ou agissant sous l'emprise de l'Imperium ? Ou quelconque autre subterfuge ! Ce ne sont pas les ressources ni les sortilèges qui manquent.

Le Directeur soupira longuement, presque tristement, ne sachant que trop bien quelles pourraient être les conséquences possibles sur un avenir qui s'annonçait tout sauf radieux.

- Hélas, en alimentant la peur, nous alimentons les rangs des uns comme des autres. Chacun cherche à se protéger, sans savoir de quoi. Et se protéger, n'est-ce pas le premier acte vers la suspicion ? Des parents exerçant des sortilèges pour défendre leur habitation et leurs enfants, ne seront-ils pas la cible de rumeurs selon lesquels ils se cacheraient pour dissimuler leur appartenance à un groupe ou à un autre ? Après une longue journée de travail, si vous refusez un tour au pub avec vos collègues, cela ne parait-il pas louche ? Et si vous acceptez... vous ne pourrez jamais cesser de vous demander si vous pouvez leur faire confiance. Si quelque chose ne va pas tourner mal, dans un lieu si rempli de monde ! Peut-être la peur vous fera-t-elle décider de changer de lieu de rencontre ? Un bar moldu ? Plus de chance d'être attaqué, ou d'être assimilé à l'Ordre ou à l'Armée. À l'un parce que vous semblerez peut-être trop chérir la compagnie de ceux qui n'ont pas de pouvoir, ou à l'autre parce que vous seriez en reconnaissance pour un crime à venir ? Nos moindre faits et gestes, ma chère enfant, peut vouloir dire tout ce qu'on a envie de croire de vous. Et d'aucun n'est anodin en ces heures sombres. Je doute qu'on vous reproche cette entrevue avec moi. Vous êtes journaliste, et je suis une personnalité importante de notre société, il est tout naturel de me rencontrer. L'inverse, en revanche... Qui sait ce que l'on dira de moi à l'avenir ? Rassurez-vous, cependant. J'en ai vu d'autres, et je n'en ai que faire. Mon rôle n'est pas de plaire aux parents, et encore moins à leur progéniture. J'essaie simplement de faire en sorte qu'ils grandissent dans un lieu sain et sécurisé. Nous ne sommes pas loin de cette guerre qui fait rage, et personne n'est épargné. Mais au moins, leur apprentissage se fait dans les meilleures conditions possibles aux vues de la situation actuelle. Et je ne peux décemment prendre part à ce conflit. J'espère que vous saurez trouver votre place en ces heures troubles, ma chère Ann.

Terminant son thé avec un flegme on ne peut plus britannique, Maleko reposa la tasse sur sa coupelle dans un léger tintement de porcelaine, tandis qu'il affichait un sourire qui se voulait à la fois compatissant et encourageant. S'il ne souhaitait pour rien au monde prendre partie dans cette guerre sorcière, la dernière chose qu'il voulait était pourtant ce qui se produisait en ces temps sombres : voir ses anciens élèves s'entredéchirer et disparaître les uns après les autres.

- Souhaitez-vous autre chose ? ajouta-t-il avec ce même sourire patient.

avatar
Decimus Maleko

Surnom : Dec
Genre : Masculin
Date de naissance : 18 mai
Age : la soixantaine
Métier : Directeur de Poudlard
Date d'inscription : 13/05/2016
Messages : 26
Couleur : : #000066
Doubles Comptes : Compte Admin
Denzil Rowntree

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t27-decimus-maleko-direct

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP entre Decimus Maleko et Ann Czajkowski]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum