Manoir de la Famille Finley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Manoir de la Famille Finley

Message  Leo MacLeod le Mer 25 Mai - 11:37


Isolé au centre de la campagne du nord de l'Écosse, au beau milieu des Highlands, cette vieille bâtisse de pierres brutes a été érigée il y a plusieurs siècles par un puissant sorcier, illustre ancêtre de la famille.

Comme beaucoup d'habitations sorcières, le manoir est protégé par divers sortilèges, dont des sécurités anti-moldus. En effet, si ces derniers regardent en direction de cette résidence, ils ne verront rien d'autre que des marécages à perte de vue, au centre desquels une épaisse brume adhère tellement qu'elle ne se lève jamais.

Si vous êtes sorcier, vous verrez de la brume seulement si celle-ci est naturelle. Vous pourrez donc, si la météo le permet, admirer la demeure de la famille Finley : aussi large que haute, aux toits pentus et à l'architecture médiévale. Assez lugubre au milieu de la gâtine... Mais, vous êtes sorcier, et cela saute aux yeux : ce marécage n'a rien d'ordinaire, il s'agit d'un sortilège. Vous vous y engagez donc, et au moment où votre pied est supposé s'embourber, l'illusion disparaît. Vous êtes sur la terre ferme, une prairie bien fleurie quoi qu'un peu sauvage, au milieu de laquelle serpente un chemin de terre que vous empruntez.

Après avoir marché quelques minutes, vous arrivez devant un grand portail finement ouvragé, et, si vous êtes invité, s'ouvre automatiquement. La piste laisse place à un joli sentier de gravillons blancs, en ligne droite, où de part et d'autre la pelouse est verte est bien entretenue. Vous pouvez distinguer quelques parterres de fleurs, de grands arbres et un potager magique.

Vous arrivez enfin devant la porte en bois robuste et sculpté. Il n'y a ni heurtoir, ni poignée. Ood, l'elfe de maison va vous ouvrir sans que vous n'arriviez à l'apercevoir, et vous serez reçu par les maîtres des lieux : Malthus Finley, Troisième du Nom, et sa femme Dvorah. Vivent également avec eux leur fille Shona, depuis que son mari a "mystérieusement disparu", ainsi que leurs petits-enfants, Leo, Ian et Ellinor. Vous pourrez également croiser leurs fils Darius et sa femme Fiona, qui leur rendent régulièrement visite.

Au rez-de-chaussée de cette grande demeure, plusieurs salons, une salle à manger, une bibliothèque et un laboratoire. Toutes les pièces sont richement décorées - uniquement par et avec des objets magiques - et chacune d'elles comporte une cheminée. À droite, une porte dérobée mène à un escalier qui descend aux cuisines, où personne ne va jamais : c'est le domaine de l'elfe de maison. Un autre escalier, sur la droite également, mais bien visible par sa largeur et les couleurs chatoyantes de sa moquette, permet d'accéder aux étages.

Le premier étage est interdit aux enfants : se sont les appartements des adultes, séparés en trois ailes. D'un côté, la suite de Malthus et Dvorah, de l'autre, celle de Shona, et entre les deux, leurs bureaux respectifs. Le calme y règne en toute circonstance : de nombreux sortilèges les isolent du bruit et des oreilles indiscrètes.

Le deuxième étage, lui, est réservé aux enfants : chacun y a sa chambre. Il y a aussi une salle de classe, où les plus jeunes sont instruits avant leur entrée à Poudlard et où tous y sont maintenant parfois envoyés en guise de consigne. Enfin, une grande salle de jeux, assez spacieuse pour courir dans tous les sens, occupe presque la moitié du niveau.

Pour finir, le troisième et dernier étage n'est plus que rarement utilisé. Lorsque les enfants n'étaient pas encore en âge d'aller au collège, il abritait les chambres tout confort de la gouvernante et du précepteur. Même si plus personne ne vit à cet étage, l'elfe de maison continue d'entretenir la maison entière, du sous-sol à la toiture, et le tout de fond en comble, du sol au plafond, sans se faire remarquer.

avatar
Leo MacLeod

Genre : Masculin
Date de naissance : 30 Août
Age : 14 ans
Métier : élève de quatrième année
Date d'inscription : 14/05/2016
Messages : 109
Couleur : : #006699
Doubles Comptes : Macsen MacSorley

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t14-leo-macleod

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manoir de la Famille Finley

Message  Leo MacLeod le Jeu 22 Déc - 17:32


Vacances de Noël 1970

L'hiver était la saison préférée de Leo. La lumière du jour n'éclairant que quelques heures seulement de la journée, il était impossible de rater le lever comme le coucher de soleil. De plus, la neige avait quelque chose d'apaisant, et, de retour chez lui pour les vacances, le Serdaigle avait les nerfs à vif. Depuis le jour où les enfants étaient revenus au manoir, les reproches dirigées vers l'aîné avaient fusé de toutes parts, et il lui était impossible de croiser quiconque sans se faire rabrouer pour tout et n'importe quoi. Le premier jour, il s'était contenté d'ignorer les remontrances, et passa le plus clair de son temps dans sa chambre. Ce qui n'était pas au goût de son grand-père et tuteur, qui, dans le but de surveiller les faits et gestes de l'insolent, finit par lui ordonner de descendre au salon afin de garder un œil sur lui, et le travail qu'on lui donnait à faire. Parce que oui, parmi les reproches les plus récurrentes et habituelles, son carnet scolaire. Loin d'être brillant, et pourtant loin aussi d'être médiocre, il était surtout blâmé pour son comportement. En un seul trimestre de cours, l'adolescent n'avait pas été moins de cinq fois en retard en classe, et récolté au moins le triple en heures de retenue. Alors, pour le punir, et tenter vainement de lui faire entendre raison, Malthus Finley obligeait son petit-fils à rédiger des devoirs supplémentaires. Ce qui était loin d'être une action efficace : Leo bâclait le travail ou rêvassait, ce qui avait souvent pour conséquence de se prendre quelques claques, et, puisqu'il persistait à jouer les imbéciles, alors, la sanction serait celle des imbéciles. Autrement dit, recopier bêtement des centaines de lignes dont les mots, bien que raisonnant dans la tête du garçon, n'avaient pas le moindre effet sur lui.

Au troisième jour de congés, pourtant, Leo était tranquille. Son grand-père avait une affaire à régler, peut-être au Ministère, il n'avait pas écouté de toute façon. Sa mère, elle, y travaillait, elle n'était jamais là. Et pour finir, sa grand-mère avait elle aussi quitté les lieux. Pour autant, les trois enfants n'étaient pas livrés à eux-mêmes : sous la bonne garde de Ood, leur elfe de maison, ils n'étaient pas autorisés à faire n'importe quoi. Aucune importance pour l'aîné, tant qu'aucun de ses tuteurs n'étaient dans les parages. Pendant que son petit frère et sa petite sœur jouaient aux bavboules sur le tapis en poils de centaure du salon, Leo, lui, était assis sur le rebord de la fenêtre, occupé... à ne rien faire. Il regardait le paysage recouvert de neige en rêvassant. Bientôt, des flocons se mirent à tomber, et un léger sourire apaisé se lisait sur son visage détendu. Le feu crépitait tranquillement dans la cheminée, et l'adolescent en vint presque à oublier que cette douceur rassurante n'était qu'éphémère. En effet, Finley finit par être de retour chez lui. Et les remontrances fusèrent de nouveau. À peine l'elfe eût défait le vieux sorcier de ses habits enneigés, à peine ses pantoufles en cuir de troll furent enfilées, qu'il s'en prit à ses petits-enfants :

- Ian, Ellinor, allez jouer ailleurs. Votre salle de jeux n'est-elle pas assez grande ?

Marmonnant quelques excuses, les deux plus jeunes ramassèrent leurs billes magiques et déguerpirent en vitesse dans les escaliers. Leur grand-frère, lui, n'avait pas bougé. Assis sur le renfoncement de la fenêtre, le dos contre un montant, et les pieds sur celui d'en face, son regard s'était perdu sous les monticules de neige.

- Tu as travaillé ta métamorphose ? lança-t-il sèchement à l'aîné.

- Nan... répondit ce dernier d'un air nonchalant, toujours les yeux dans le vague.

- Leo James MacLeod ! Non mais qu'est-ce que c'est que ces manières ! Regarde-moi quand tu me parles, et descends de cette fenêtre !

Soupirant bruyamment, le blondinet s'exécuta mollement et commença, avec un flegme insolent, à s'approcher de son grand-père, qui enchaîna rapidement deux enjambées avant de lever le bras droit et d'asséner une paire de gifles au Serdaigle, qui ne broncha pas. Il se contenta simplement de mettre ses mains dans ses poches en levant un regard froid dans les yeux de son interlocuteur.

- Mets-toi au travail. Tout de suite.

- Je peux pas sortir, plutôt ?

- Tu te fiches de moi ? Tu en veux une autre ? Si tu continues sur ce ton, je sors les lanières, c'est compris ?

- Ouais, ouais, c'est compris. Je pourrais sortir, après ? Je veux dire, après la raclée, parce que je crois que pour la métamorphose, c'est foutu pour aujourd'hui. J'ai besoin de prendre l'air.

- Prendre l'air ? Ah ça pour prendre, tu vas prendre, mon gaillard ! Et tu ne sortiras pas d'ici tant que tu te comporteras de la sorte, ah, ça, je te le garantis ! On est pas à Poudlard ici, jeune homme ! Je vais t'apprendre comment on règle un tel manque de respect sous mon toit, et crois-moi, tu vas regretter ces paroles et changer bien vite de comportement !

- Ouais, ouais, comme d'hab. Allez, tanne-moi qu'on en finisse.

Fou de rage, fulminant comme un taureau sur le point de charger, Malthus Finley tourna des talons sans un mot, bien décidé à faire payer cette insolence à l'ingrat rejeton de sa fille. Le suivant quelques instants du regard, un petit sourire vainqueur se dessinant au coin de ses lèvres, Leo sauta sur l'occasion pour prendre les jambes à son cou. Il se hâta dans le corridor menant à la porte d'entrée, attrapa sa cape d'hiver d'un seul geste, et s'empressa de courir dans la neige tout en l'enfilant, ignorant délibérément le courroux de son grand-père, qui lui hurlait toute sorte de menaces.

Réchauffé par son pas rapide, le Bleu et Bronze s'enfonça dans les ruelles sombres de son village natal. S'il avait quitté la maison sans destination particulière, une possibilité lui était venue à l'esprit durant le trajet. Ainsi, il prit la direction d'une taverne tenue par un sorcier local. Le saluant d'une simple vague de la main, Leo fila directement vers la cheminée, empoigna un peu de poudre juchée sur la poutre surplombant l'âtre où il s'engouffra. Un éclat de flammes vertes plus tard, et le jeune garçon avait disparu.

À peine quelques secondes après, il se trouvait dans le sud de l'Angleterre, au beau milieu du salon de son ami Conrad Robson, qui s'étonna de cette présence inattendu. Le Poufsouffle, habitué depuis les mois d'été qu'ils avaient passé ensemble, prêta quelques vêtements moldus à son ami, et les deux jeunes gens quittèrent la douce chaleur du cottage pour se rendre sur la plage.

La suite > ici <
avatar
Leo MacLeod

Genre : Masculin
Date de naissance : 30 Août
Age : 14 ans
Métier : élève de quatrième année
Date d'inscription : 14/05/2016
Messages : 109
Couleur : : #006699
Doubles Comptes : Macsen MacSorley

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t14-leo-macleod

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manoir de la Famille Finley

Message  Leo MacLeod le Dim 12 Fév - 11:24


Leo passa la porte en s'essuyant les joues et en soupirant, se demandant ce qui allait lui tomber dessus. Le couloir de l'entrée était vide, aucun comité pour l'accueillir et lui faire payer son escapade. Il en fut presque déçu. Il avait besoin d'extérioriser sa rage et sa déception, sans savoir pourquoi ni comprendre comment, mais il voulait hurler de toute sa voix et pleurer toutes les larmes de son corps. Quoi de mieux pour cela que la colère de son grand père lui assénant le prix de son insubordination ? Mais non, pour l'instant, rien. Il s'adossa à la porte, avant de se laisser glisser et de retomber assis, fermant les yeux en rejetant sa tête en arrière. Il soupira quelques instants, profitant de ce répit, sachant que la tempête était proche.

En effet, moins d'une minute après son arrivée, une silhouette autoritaire se dessina en face du blondinet, à l'autre bout du corridor. Leo redressa la tête doucement, la mine abattue et les yeux humides. Sans un mot, ni de l'un ni de l'autre, il se redressa mollement, et avança lentement jusqu'à son grand-père, déposant au passage sa cape d'hiver sur le suspensoir. Il connaissait la suite. En d'autres circonstances, peut-être qu'il se serait baissé pour l'esquiver, ou qu'il en aurait profité pour le provoquer avant qu'elle tombe. Mais il n'en fit rien, et ne broncha pas quand la violente gifle manqua de peu de lui tordre le cou. Les yeux baissés, il tourna la tête doucement pour la remettre droite, avant de relever sur cet homme un regard découragé.

- Je te demande pardon, Grand-Père.

S'apprêtant à ouvrir la bouche pour aboyer sur l'adolescent, le patriarche n'en fit finalement rien, et peina à dissimuler son trouble. Pour la première fois de sa vie, Leo venait de formuler des excuses sincères à l'égard de cet homme qu'il détestait pourtant.

- Je te demande pardon...

Des larmes dans sa voix, l'élève de Poudlard réitéra, baissant de nouveau la tête. Il ne cherchait nullement l'indulgence, encore moins l'absolution. C'était simplement les seuls mots qu'il était capable de prononcer après cette après-midi mouvementée. Malthus Finley inspira profondément, ne pouvant décemment pas se mettre à hurler après cela. De toute façon, sa colère était généralement froide et méthodique.

- Si tu crois pouvoir échapper à ta correction, tu te trompes, jeune homme.

Toujours les yeux rivés au sol et la voix basse, Leo secoua la tête pour nier.

- C'est pas ce que je cherche... Je suis juste désolé, c'est tout.

- Tu étais où ? renchérit le vieux qui ne voulait pas se laisser détourner de l'objet principal de l'altercation.

Le Serdaigle haussa les épaules.

À la plage. J'ai pris la Cheminette à la taverne. Il fit une courte pause en soupirant, puis lâcha simplement : J'ai frappé un moldu. Genre violemment. J'ai utilisé un duro sur mon poing et mon avant-bras. Il était bien plus costaud que moi, mais ça l'a fichu à terre. Je crois pas que les guérisseurs moldus ne se rendent compte de quoi que ce soit... Personne n'a pu me voir lancer le sortilège, ajouta-t-il finalement, comme une justification.

Restant silencieux quelques secondes, le grand-père finit par réagir contre toute attente. Il posa simplement sa main sur l'épaule de son garçon, qui releva les yeux dans les siens, attendant une réponse plus éloquente.

- Si personne ne sait qu'il s'est passé quelque chose, alors il ne s'est rien passé. Tu as bien fait de m'en parler, mais maintenant, ça reste entre nous. Est-ce bien compris ?

- Oui Grand-Père, répondit-il d'un air entendu, omettant délibérément le fait qu'il n'était pas seul avec sa victime au moment des faits.

- Bien. Autre chose ?

- Non Grand-Père.

- Très bien. Maintenant, vas m'attendre dans mon bureau, qu'on règle notre petit différend de tout à l'heure.

Ravalant sa salive, Leo obtempéra avec un léger signe de tête, gravissant lourdement les marches, comme on monte sur un échafaud.

avatar
Leo MacLeod

Genre : Masculin
Date de naissance : 30 Août
Age : 14 ans
Métier : élève de quatrième année
Date d'inscription : 14/05/2016
Messages : 109
Couleur : : #006699
Doubles Comptes : Macsen MacSorley

Voir le profil de l'utilisateur http://guerresorciers1970.rpgistes.com/t14-leo-macleod

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manoir de la Famille Finley

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum